Passer au contenu principal

En un an, l’aide aux pédophiles romands a fait ses preuves

Ouvert il y a une année, l’Espace Dis No est venu en aide à dix abuseurs potentiels. Un bilan jugé encourageant

François Boillat, fondateur de l’Espace Dis No, à Monthey, et sa collaboratrice Lisa Ancona sont à l’écoute des personnes ayant des tendances pédophiles mais qui ne sont pas passées à l’acte.
François Boillat, fondateur de l’Espace Dis No, à Monthey, et sa collaboratrice Lisa Ancona sont à l’écoute des personnes ayant des tendances pédophiles mais qui ne sont pas passées à l’acte.
CHANTAL DERVEY

Prévenir les actes pédophiles en s’adressant aux abuseurs potentiels plutôt qu’aux enfants. C’est l’approche novatrice suivie par l’Espace Dis No, une structure créée en avril 2014 à Monthey (VS). Elle cherche à atteindre un public largement ignoré jusqu’ici en Suisse romande: les personnes préoccupées par des fantasmes ou des pulsions sexuelles concernant des enfants, sans jamais être passées à l’acte. Et qui veulent demander de l’aide avant qu’il ne soit trop tard.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.