«L’angoisse climatique est une invention des médias»

InterviewLa défaite cuisante de l’UDC à Zurich présage-t-elle de mauvais résultats en Romandie? Oskar Freysinger assure que non.

Oskar Freysinger est le coordinateur romand de l'UDC en vue des élections fédérales d'octobre.

Oskar Freysinger est le coordinateur romand de l'UDC en vue des élections fédérales d'octobre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec un recul de 5,5% et neuf sièges de moins au parlement cantonal, l’UDC a reçu une sacrée gifle lors des élections de ce week-end à Zurich. Un recul d’autant plus inquiétant que le canton est un des fiefs historiques du parti, et que le scrutin est souvent qualifié de test grandeur nature avant les élections fédérales d’octobre. Faut-il s’attendre à une telle déconfiture de ce côté-ci de la Sarine? Un homme tâchera de l’éviter, Oscar Freysinger, nouveau coordinateur romand de l’UDC en vue des élections fédérales.

La panique, vous la sentez arriver?
Avoir peur, c’est déjà reconnaître la défaite. Ça fait trop longtemps que je suis en politique pour paniquer pour si peu. La politique, c’est un éternel recommencement. Une fois vous gagnez, une fois vous perdez. Et les différences sont faibles, on ne parle pas de tremblement de terre.

Mais cette défaite à Zurich est cuisante, et n’augure rien de bon pour l’UDC…
À Zurich, l’UDC avait dépassé les 30% en 2015. Elle se situait au-dessus de la force électorale du parti au niveau suisse (ndlr: 29,4%). On pouvait donc s’attendre à un rééquilibrage. Ce dernier a été plus fort que prévu, mais s’explique notamment par le faible taux de participation.


Lire aussi: Les cinq leçons de Zurich pour les élections fédérales


Il n’y aura donc pas de recul de l’UDC en Suisse romande.
Il nous reste un important potentiel de croissance. Nous sommes encore loin de la force électorale de l’UDC Suisse. Et je suis convaincu qu’il y a plus que 20 ou 25% de citoyens qui sont attachés à la souveraineté de ce côté-ci de la Sarine.

C’est comme cela que vous espérez convaincre, en évoquant la souveraineté?
Ce qui compte aujourd’hui, c’est de balayer devant sa porte, et de s’occuper de la politique qui nous concerne, nous Suisses. Si nous signons l’accord-cadre avec l’UE, nous perdrons notre souveraineté et les deux tiers de notre démocratie directe. Nous ne serons plus maîtres chez nous. C’est ce que nous devons expliquer aux Suisses, car après, il sera trop tard pour pleurer.

Secrètement vous espérez un clash avec Bruxelles pour vous relancer?
Si le clash n’est pas arrivé, c’est que les autres partis n’osent pas aborder les problèmes que pose cet accord. Ce n’est pas étonnant, parce que secrètement ils désirent tous adhérer à l’UE. L’UDC est le seul parti à défendre la souveraineté de ce pays. Les autres font juste semblant.

En laissant tomber le climat, votre parti s’est quand même planté. Non?
Si on signe l’accord-cadre avec l’UE, les décisions concernant notre politique agricole ou environnementale seront prises par Bruxelles. Et tous ceux qui veulent plus d’écologie devront attendre que Bruxelles daigne bouger, sans avoir leur mot à dire.

Oui, mais l’UDC ne donne pas de réponse à l’angoisse climatique qui monte dans la population.
Ce sont les médias qui montent cela en épingle. Ils cherchent à globaliser les consciences. Ils nous avaient déjà fait le coup avec Fukushima, ils nous le refont avec Greta Thunberg. On crée des mouvements populaires, on y ajoute des meneurs bien organisés pour que la mayonnaise prenne. La mise en scène est extraordinaire. Les médias prennent le relais, et les réseaux sociaux les suivent. Tout s’enchaîne et vous obtenez une psychose généralisée. Et tout ça pour influencer l’opinion publique avant les élections européennes.

Tout est donc de la faute des médias et l’UDC ne fait rien de faux. C’est ça?
Qu’on gagne ou qu’on perde, ce n’est pas grave. L’important est de rester fidèle à ses principes. Je ne suis pas le genre de politicien qui change de direction au premier coup de vent, et trahit toutes ses convictions. Regardez le PLR qui a changé d’avis sur sa politique climatique, cette trahison lui a coûté un siège historique au Conseil d’État zurichois.

L’UDC se réunit vendredi pour définir ses thèmes de campagne. Vous allez dire quoi?
Il faut qu’on parvienne à contourner les médias officiels - qui vont continuer à diffuser le dogme climatique - pour placer notre agenda qui est fondamental pour le citoyen lambda. La vraie question est de savoir si on veut continuer de vivre dans un pays libre, souverain, indépendant qui détermine lui-même sa politique. Car le jour où Bruxelles nous fera payer 25 centimes de plus la benzine et que la TVA augmentera à plus de 15% au minimum, vous verrez comme ça va hurler. Quand la Suisse aura perdu ses instruments institutionnels pour se défendre, les Suisses aussi devront s’acheter des gilets jaunes pour se faire entendre.

Créé: 25.03.2019, 17h05

Articles en relation

Une déferlante verte s'abat sur le canton de Zürich

Politique À sept mois des élections fédérales, les écologistes réalisent un carton au Parlement zurichois et l’UDC est giflée. Plus...

Oskar Freysinger règle ses comptes avec les médias

Débat L’ex-conseiller d’Etat valaisan a participé à un débat sur l’indépendance de la presse. Non sans un arrière-fond de revanche. Plus...

Pourquoi l’UDC peine à se maintenir au pouvoir

Suisse romande Les démocrates du centre n’ont plus de représentant dans un gouvernement cantonal en Suisse romande. Seul un Romand est présent à l’Exécutif bernois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.