Cette année, le bostryche s'est régalé

SécheresseLa sécheresse de cette année est une aubaine pour le bostryche, qui a pu coloniser de nouveaux sites.

L'arbre de prédilection du bostryche est l'épicéa.

L'arbre de prédilection du bostryche est l'épicéa.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour le bostryche, 2018 a été une année optimale. L'été chaud et sec lui a permis de se reproduire trois fois au lieu de deux habituellement. Un phénomène qui pourrait devenir la norme d'ici à la fin du siècle.

En temps normal, le bostryche typographe (Ips typographus) se reproduit à deux reprises entre avril et fin août. Mais cette année, il a pu s'envoler plus tôt que de coutume pour coloniser de nouveaux sites de ponte, et c'est déjà la troisième génération qui profite de la fin de l'été pour s'attaquer à son arbre de prédilection, l'épicéa ou sapin rouge.

Et en plus il a la tâche facile: «Normalement, les épicéas en bonne santé peuvent se défendre contre le bostryche avec leur résine, mais après la sécheresse de ces derniers mois, la capacité de résistance des arbres est diminuée», a expliqué à Keystone-ATS Beat Wermelinger, de l'Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

Avec le changement climatique, de telles périodes de sécheresse pourraient devenir la norme. «D'ici à la fin du siècle, le rythme de trois générations de bostryches par année sera fermement établi», prédit le spécialiste.

Surcroît de travail

Lorsque le coléoptère a colonisé un arbre, celui-ci doit être éliminé aussi rapidement que possible avant que le ravageur n'essaime plus loin. Selon Beat Wermelinger, il faut s'attendre à un surcroît de travail ces prochaines années pour limiter les dégâts.

Le bostryche se multiplie tout spécialement sous l'écorce de sapins tombés lors de tempêtes. Des milliers de ravageurs s'attaquent ensuite aux arbres sains, qui ne parviennent pas à se défendre.

A long terme, l'épicéa pourrait disparaître en de nombreux endroits de basse altitude sur le Plateau suisse, estime le chercheur. Sur les hauteurs en revanche, son territoire d'origine, le sapin rouge a encore de bonnes chances de prospérer, conclut Beat Wermelinger. (ats/nxp)

Créé: 29.08.2018, 11h36

Les arbres s'accommodent

Les principaux arbres indigènes s'accommodent mieux que l'on pensait des étés caniculaires. C'est ce qu'indique une étude de chercheurs bâlois portant sur l'année 2015 et les premières données de 2018.

Entre avril et août, la Suisse a connu les mois d'été avec la plus faible pluviosité depuis le début des mesures en 1864, a indiqué mercredi l'Université de Bâle dans un communiqué.

Le fait qu'ils aient commencé à brunir et perdre leurs feuilles en août déjà cette année n'est pas inquiétant, poursuit l'alma mater bâloise. Il s'agit d'un processus biologique contrôlé, une mesure de sécurité supplémentaire pour éviter le dessèchement.

Articles en relation

Le bostryche menace à nouveau les forêts suisses

Météo Une course contre la montre est lancée dans les travaux de déboisement. Car, le bostryche prolifère après les tempêtes de l'hiver dernier. Plus...

Sécheresse et canicule: fin du dispositif ORCA

Canton de Vaud Le Conseil d’Etat vaudois a levé le dispositif qui permettait de faire appel à l’armée pour abreuver le bétail dans les alpages. Plus...

La sécheresse et un virus mettent à mal les oiseaux

Suisse Les volatiles souffrent d'une grave pénurie d'insectes due aux sols trop secs. Un virus touche aussi les merles. Certains experts recommandent de nourrir les oiseaux. Plus...

La saison des champignons compromise

Suisse La sécheresse persistante en Suisse a une lourde conséquence sur les champignons. La récolte 2018 pourrait s'avérer la pire depuis 15 ans. Plus...

Canicule: le prix de l'électricité explose

Europe La chaleur, la sécheresse et les guerres commerciales ont fait bondir le tarif du mégawattheure sur les marchés boursiers. Les Suisses risquent de trinquer l'an prochain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.