Passer au contenu principal

SuisseLes appareils de Darwin Airline cloués au sol

L'Office fédéral de l'aviation civile a suspendu la licence d'exploitation de la compagnie aérienne tessinoise en difficultés financières.

La fin se rapproche pour Darwin Airline.
La fin se rapproche pour Darwin Airline.
Keystone

Les appareils de Darwin Airline sont restés cloués au sol mardi. L'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) a suspendu la licence d'exploitation de la compagnie aérienne tessinoise en difficultés financières et qui a demandé le sursis concordataire.

Dans un message sur le réseau social Twitter, l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) indique avoir «prononcé le retrait avec effet immédiat de l'autorisation d'exploitation de la compagnie Darwin (Adria Airways Switzerland) pour des motifs d'ordre économique et financier. Darwin n'est plus autorisée à opérer des vols de lignes commerciaux».

Darwin Airline volait jusqu'alors avec le certificat d'opérateur aérien existant entre Lugano et Genève. La compagnie fournit aussi ses appareils et équipages à d'autres compagnies. Cette activité nécessite 100 à 120 employés.

Pour mémoire, la compagnie aérienne régionale est rattachée depuis fin juillet à Adria Airways après son rachat par le fonds luxembourgeois 4K Invest. Elle avait annoncé la semaine dernière cesser ses opérations depuis sa base tessinoise à la fin de l'année.

OFAC pas suffisamment informé

Sur sa page internet, le transporteur régional écrit qu'aucun vol n'est opéré mardi. Darwin Airline précise travailler à une solution pour reprendre aussi tôt que possible ses opérations. Celle-ci fournira de plus amples informations sur son site.

Dans un communiqué diffusé ultérieurement, l'OFAC explique que la compagnie aérienne tessinoise ne l'a pas informé de la demande de sursis concordataire, malgré les contacts réguliers entretenus au vu de sa situation financière. Darwin Airline peut cependant opérer des vols pour d'autres compagnies.

L'OFAC ajoute que la compagnie aérienne pourra reprendre ses vols entre Lugano et Genève dès qu'elle aura fourni des garanties sur ses finances. Pour mémoire, Darwin Airline a demandé le sursis concordataire à Lugano en raison de difficultés financières consécutives à plusieurs événements de marché défavorables.

L'entreprise a notamment évoqué la perte des contrats avec Alitalia, qui a demandé en mai dernier sa mise sous administration extraordinaire. «L'insolvabilité inattendue» d'Air Berlin en août a, elle aussi, eu des effets négatifs. La recherche de nouvelles sources de revenus s'est avérée infructueuse dans un environnement concurrentiel.

Un syndicat critique 4K Invest

Le syndicat OCST a réagi à la décision de l'OFAC en émettant de fortes critiques à l'encontre de 4K Invest. Dans une prise de position diffusée sur son site internet, il juge en particulier insuffisante la communication du propriétaire. Il lui reproche de ne pas avoir donné de réelle chance de survie à la compagnie du fait d'un manque de volonté d'investissement.

L'OCST regrette que l'OFAC soit intervenu si tardivement et de manière si drastique. La priorité est désormais d'aider les employés et de garantir le soutien des autorités cantonales.

Solutions recherchées

L'aéroport de Lugano recherche, pour sa part, d'autres solutions pour assurer à l'avenir la liaison Lugano-Genève. L'accent est mis sur Swiss et Skywork, mais Darwin n'est pas totalement écarté.

Adria Airways avait annoncé mi-octobre un plan de restructuration, avec à la clé la suppression d'une quinzaine de postes. Selon le patron d'Adria Airways, un investissement supérieur à un million de francs dans le système de réservation serait nécessaire pour maintenir les vols de ligne au-delà du 31 décembre.

Seul concurrent pour les vols de ligne à l'escale luganaise, Swiss avait indiqué la semaine dernière ne pas être intéressé à reprendre les créneaux abandonnés par Adria Airways.

La compagnie nationale slovène, dont le siège se trouve à Ljubljana, dessert 19 destinations en Europe de l'Ouest et du Sud. Darwin a, elle, été fondée en 2003 avec comme ambition d'assurer la liaison entre le Tessin et les centres financiers de Genève et de Zurich. Le transporteur avait repris en 2011 la société genevoise Baboo.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.