Passer au contenu principal

Les appels publicitaires bientôt bloqués

Les opérateurs téléphoniques suisses sont en train de se mettre d'accord pour bloquer les appels indésirables provenant de call-centers.

Qui n'a pas été déjà importuné par ces appels qui surviennent souvent au mauvais moment, voire tard le soir?
Qui n'a pas été déjà importuné par ces appels qui surviennent souvent au mauvais moment, voire tard le soir?
Keystone

Les opérateurs téléphoniques pourraient bientôt identifier les «call-center» agissant de manière illégale. Les clients pourraient alors filtrer les appels indésirables sur le réseau fixe et mobile.

Les appels indésirables sont la principale source d'agacement des consommateurs, a indiqué mercredi l'Alliance des organisations des consommateurs (acsi). Sunrise, Swisscom et UPC Cablecom entendent y remédier. Filtrer les appels est une des possibilités envisagées.

La Fédération romande des consommateurs (FRC) avait demandé en 2015 aux opérateurs de mettre fin aux appels indésirables. Des groupes de travail examinent les solutions techniques et légales.

Astérisque pas respecté

L'astérisque placé à côté du nom dans l'annuaire téléphonique n'empêche pas de recevoir des téléphones indésirables. La loi interdit depuis 2012 tout marketing ou publicité téléphonique auprès des usagers qui n'en veulent pas et qui demandent l'ajout de l'astérisque.

Ce durcissement et la peine privative de liberté allant jusqu'à trois ans n'a toutefois pas dissuadé les entreprises de télémarketing. Selon le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), ces appels sont passés depuis l'étranger, mais sous un numéro suisse. L'appelant n'est souvent pas identifié.

Pour ce faire, il faudrait actionner l'entraide judiciaire internationale. Or cela demanderait aux autorités chargées de l'enquête un effort disproportionné dans la plupart des cas, selon le SECO.

Deux fois plus de plaintes

En 2015, le nombre de plaintes a doublé par rapport à l'année précédente, pour se monter à près de 28'000. Le SECO a averti quatre entreprises et déposé une plainte contre inconnu dans 28 cas. Cinq call-centers ont écopé d'une ordonnance ou d'un jugement pénal.

La loi sur les télécommunications, en cours de révision, prévoit de renforcer les règles contre la publicité non désirée. Mais la branche ne souhaite pas trop d'interventionnisme, comme l'a montré la procédure de consultation. Elle privilégie le dialogue avec tous les acteurs concernés afin de trouver une solution, selon un porte-parole de Swisscom.

Pour la directrice de l'association alémanique de défense des consommateurs SKS Sara Stadler, ce n'est pas étonnant que les entreprises de télécom proposent une solution technique. Résultat: Swisscom devrait proposer une solution à la fin de cette année, UPC l'an prochain. Pour Sunrise, cela devrait être un peu plus long.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.