L’armée de l’air quitte Sion, le Valais se frotte les mains

ArméeLa base aérienne sédunoise passera en mains civiles dès 2018. Ville et Canton ont obtenu des compensations.

Un avion école Hawk quitte la base militaire de Sion en janvier 2014. Les Forces aériennes maintiendront-elles une activité en Valais? Rien n'est moins sûr.

Un avion école Hawk quitte la base militaire de Sion en janvier 2014. Les Forces aériennes maintiendront-elles une activité en Valais? Rien n'est moins sûr. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les F/A-18 qui décollent dans un tonnerre de décibels au-dessus des collines de Valère et de Tourbillon, c’est bientôt fini. Ou presque. Les vols réguliers des Forces aériennes à Sion prendront fin le 31 décembre 2017. Le site valaisan sera alors exclusivement dévolu à l’aviation civile, mais restera à disposition de l’armée comme aérodrome de dégagement. Un dispositif allégé qui permettra aux jets de combat d’y atterrir en cas d’urgence et d’y opérer pendant des périodes limitées – par exemple lors du Forum de Davos.

Cette issue était pressentie depuis l’annonce, fin 2013, de la fermeture de cinq places d’armes et de deux bases aériennes (Sion et Buochs), dans le cadre de la cure minceur imposée à l’armée. Mais elle est le fruit de longues négociations entre les autorités fédérales, cantonales et la Ville de Sion. «Tout est bien qui finit bien!» s’est réjoui mercredi le conseiller d’Etat Oskar Freysinger, après avoir signé un accord de principe avec le conseiller fédéral Guy Parmelin. Lequel évoque, lui aussi, une solution «gagnant-gagnant».

Police militaire centralisée

L’Exécutif de Sion souhaitait depuis longtemps que les bruyants avions militaires débarrassent le plancher; il a eu gain de cause. Le gouvernement valaisan, que l’impact économique du départ des Forces aériennes inquiétait vivement, se dit rassuré. D’une part, le centre d’apprentissage des polymécaniciens sera maintenu, le Département fédéral de la défense (DDPS) ayant accepté de le financer jusqu’en 2029. D’autre part, ce même DDPS assumera l’entretien des infrastructures jusqu’en 2021, après quoi elles passeront en mains civiles. Enfin, le Valais obtient une compensation de poids: la police militaire, aujour­d’hui répartie aux quatre coins du pays, sera centralisée à Sion pour gagner en efficacité. A la clé, une centaine de postes de travail, deux écoles de recrues par an et d’importantes retombées pour l’économie locale.

«La Confédération a fait preuve d’un remarquable sens du fédéralisme», insiste Oskar Freysinger. Le conseiller d’Etat UDC a sorti sa calculette: le DDPS injectera au total 66,5 millions de francs à Sion d’ici à 2029.

De son côté, Guy Parmelin a non seulement bétonné la présence d’un aérodrome de repli au cœur des Alpes, mais il est en passe de compenser toutes les suppressions de postes qu’entraîne la fermeture de la base de Sion. Sur 91 employés concernés, seuls trois n’ont pas encore pu être replacés. Les autres ont pour la plupart trouvé une solution à l’interne, en profitant notamment du déploiement de la sécurité aérienne vingt-quatre heures sur vingt-quatre – en particulier à Payerne et à Meiringen (BE).

Reste à savoir si l’aéroport de Sion pourra vivre, à long terme, sans sa composante militaire. Il a enregistré 40 000 décollages et atterrissages en 2015, pour 26 000 passagers. L’ensemble occupe 100 hectares au milieu de la plaine du Rhône. Sur l’échiquier politique, certains estiment qu’un développement industriel et technologique doit être envisagé sur une partie de cette surface. «Ces discussions auront lieu dans un deuxième temps», promet Oskar Freysinger.

Marcel Maurer, président de la Ville de Sion, croit au potentiel des vols civils. Il rappelle que Swiss proposera une liaison entre Londres et le Valais cet hiver. «Nous venons de discuter avec une autre compagnie qui veut amener du trafic depuis des villes européennes», ajoute-t-il. Sans oublier l’aviation d’affaires, qui décolle peu à peu. «Les jeunes polymécaniciens qui sortent du centre de formation pourront trouver de l’embauche sur place, même sans les Forces aériennes», imagine déjà Marcel Maurer.

Créé: 07.12.2016, 12h31

Articles en relation

L'armée va investir plus de 13 millions à Sion

Aéroport La piste de l'aéroport et la tour de contrôle vont subir un bon lifting. Les travaux dureront jusqu'au 28 octobre. Plus...

Swiss veut relier Sion à Londres

Transport aérien En coopération avec le secteur touristique, la compagnie aérienne veut créer une ligne entre le Valais et la capitale britannique. Plus...

Grâce au GPS, les charters pourront atterrir à Sion

Valais La technologie sera testée les deux prochains hivers. L'aéroport valaisan accueillera ainsi des avions de type Airbus A320 ou Boeing 737. Plus...

L'aéroport de Sion doit préparer son avenir sans l'armée

Canton du Valais Le retrait de l'armée a déjà été annoncé en novembre. Le couperet doit tomber en 2020; le repli débuterait en 2017. Les dates ont été évoquées par Ueli Maurer lundi lors d'une rencontre avec une délégation valaisanne Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.