Passer au contenu principal

Votations fédéralesLe non à l'article sur les familles divise la Suisse

Cantons et Confédération ne devront pas assurer une offre appropriée en garderies et structures parascolaires. Le nouvel article sur la politique familiale a échoué à la majorité des cantons.

Les réticences alémaniques et rurale ont eu raison d’une réforme de la politique familiale. L’article constitutionnel visant à assurer une offre appropriée en garderies a échoué dimanche à la majorité des cantons. Le soutien des votants (54,3% de oui) et de tous les cantons romands a été vain.

Considéré initialement comme l’objet le moins contesté des trois soumis au scrutin, l’article constitutionnel a finalement divisé la Suisse en deux, créant une barrière des röstis. Cas de figure rare, la majorité du peuple - près de 1,3 million de oui contre 1,08 million de non - n’a pas suffit face à l’opposition de quinze cantons alémaniques.

La propagande de l’UDC et de la droite économique contre une «étatisation» des enfants a trouvé un large écho, surtout dans les régions où les crèches sont rares. Le refus le plus net a été enregistré à Appenzell Rhodes-intérieures, avec 72,9% d’opposition. Les réticences ont été fortes aussi à Uri (68,2% de non) et à Schwyz (63,1%).

Du côté des partisans de la nouvelle politique familiale, les Genevois remportent largement la palme, avec 79,1% de oui. Viennent ensuite les Vaudois (70,7%), les Jurassiens (70,3%) et les Neuchâtelois (69,9%). A Fribourg, 62,7% des citoyens ont accepté l’article, alors qu’en Valais, le taux de votants favorables a atteint 57,6%.

Tout comme le Tessin, plusieurs cantons alémaniques ont apporté eux aussi leur soutien: Bâle-Ville en tête, suivi de Zurich, Bâle-Campagne et de Soleure. Les Bernois ont en revanche opté du bout des lèvres pour le non (50,6%).

Partisans discrets

Les milieux favorables à l’article constitutionnel - PDC, PS, Verts, Verts libéraux, PBD et PEV - ont mené une campagne très discrète. Le Conseil fédéral était aussi favorable à cette modification de la charte fondamentale.

Contesté par l’UDC, le PLR et les milieux patronaux en raison des coûts possibles, l’article voulait obliger la Confédération et les cantons à encourager les mesures permettant de concilier la vie de famille et l’exercice d’une activité lucrative. Les cantons étaient censés pourvoir à une offre appropriée en garderies et structures parascolaires.

La Confédération ne seraient intervenue qu’en dernier ressort, si l’économie privée et les cantons ne faisaient pas suffisamment d’efforts. Les détails auraient été spécifiés ultérieurement dans une loi d’application.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.