Asile: Sommaruga loue un programme d'intégration

SuisseLe concept «In-Limbo» permet aux migrants admis à titre provisoire de suivre une formation de base dès le lendemain de leur arrivée en Suisse.

Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est rendue dans un centre d'accueil pour requérants d'asile du canton de Berne afin de se familiariser avec le programme «In-Limbo». Ce concept permet aux migrants de se former dans l'attente d'une décision sur leur sort.

Ce nouveau programme d'occupation et d'intégration offre à toutes les personnes accueillies dans le centre d'hébergement collectif de Büren an der Aare (BE) la possibilité de suivre une formation de base dans différents domaines professionnels. Il s'agit de leur proposer au plus vite une occupation utile.

Venue sur place en compagnie des conseillers d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg et Hans-Jürg Käser, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a fait l'éloge lundi de ce concept innovant. Pour la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), ce programme offre des perspectives aux réfugiés.

Base volontaire

Les requérants et les personnes admises à titre provisoire peuvent suivre sur une base volontaire le programme «In-Limbo» (dans les limbes) dès le lendemain de leur arrivée. Ils pourront acquérir des compétences qui se révéleront utiles pour leur intégration sur le marché du travail en Suisse ou pour exercer une activité lucrative en cas de renvoi.

Les demandeurs d'asile peuvent quitter le centre d'hébergement pour recevoir des cours dans des ateliers de réparation pour vélos, dans des blanchisseries ou en matière d'apiculture. Ce travail leur permet aussi d'améliorer leurs connaissances linguistiques.

Certificats de travail

Les progrès accomplis dans les apprentissages débouchent sur l'établissement de certificats de travail. Les participants à ce programme pourront ensuite utiliser ces attestations pour la recherche d'un emploi, expliquent le canton de Berne et la Confédération.

Environ deux tiers des quelque 100 personnes hébergées dans le centre de Büren an der Aare suivent ce programme d'intégration et d'occupation. Chaque participant reçoit un argent de poche pour cette activité. Pour Shewit Shemendi, un Erythréen de 24 ans, travailler est toujours mieux que de ne rien faire.

Ce demandeur d'asile a expliqué à l'ats qu'il était paysan dans son pays. Grâce à ce programme, il dit avoir beaucoup appris sur la nutrition des plantes. Il souhaite devenir jardinier en Suisse.

Ce programme est progressivement mis en place dans les sept centres d'hébergement collectifs gérés par l'association Asile Bienne et Région (ABR). Travaillant sur mandat du canton de Berne, cette association accompagne chaque jour quelque 2100 demandeurs d'asile et personnes admises à titre temporaire dans le Seeland. (ats/nxp)

Créé: 20.02.2017, 16h34

Articles en relation

Un nombre record de requérants déboutés a été expulsé

Allemagne 80'000 demandeurs d'asile ont été rejetés. Et ce nombre progressera encore cette année. Plus...

Expulsée en Croatie, la fratrie Musa revient à Genève

Asile Les trois Kurdes de Syrie, qui avaient été renvoyés vers Zagreb l'automne dernier en application des accords de Dublin, sont de retour dans la cité de Calvin. Plus...

Asile des Erythréens: l'ONU critique la Suisse

Migrants Le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des migrants critique le durcissement de la Suisse envers les Erythréens. Plus...

Les demandes d'asile baissent, les centres ferment

Crise migratoire Depuis la fermeture de la route migratoire des Balkans en mars 2016, de nombreuses structures d'hébergement sont devenues inutiles dans les cantons. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.