Passer au contenu principal

L'ATE demande de la retenue dans la construction de routes

L'Association transports et environnement (ATE) exige des mesures contre le mitage du territoire et la consommation d'énergie engendrés par le trafic routier.

Franziska Teuscher (à droite), élue à l'exécutif de la ville de Berne, quittera l'ATE en avril après avoir passé dix ans à sa tête.
Franziska Teuscher (à droite), élue à l'exécutif de la ville de Berne, quittera l'ATE en avril après avoir passé dix ans à sa tête.
Keystone

Les nouvelles routes doivent être construites avec la plus grande retenue, a estimé l'ATE lors de sa conférence de presse annuelle à Berne vendredi.

Des discussions intenses ont été menées ces dernières années sur le financement des transports publics, a rappelé l'association. Le déclencheur a été son initiative populaire «Pour les transports publics», estime l'ATE. C'est ce texte qui a conduit le Conseil fédéral a élaborer un contre-projet substantiel.

Or ce dernier ne doit pas être le prétexte d'une politique des transports menée selon le principe de l'arrosoir, a déclaré la présidente de l'ATE Franziska Teuscher, selon la documentation écrite de l'association.

La politique des transports doit s'employer à réduire le mitage du territoire. Il faut des incitations financières pour minimiser le trafic pendulaire et construire des logements et des lotissements industriels aux endroits facilement accessibles par les transports publics.

Oui à la LAT

La décennie du trafic pendulaire doit désormais laisser la place à une décennie de l'aménagement du territoire, a ajouté Franziska Teuscher. Pour cette raison, le comité directeur de l'ATE s'est prononcé pour la révision de la loi sur l'aménagement du territoire, soumise en votation le 3 mars.

Une surface équivalant à dix terrains de football est bétonnée chaque jour en Suisse. Le respect des zones non constructibles a également disparu depuis longtemps: près de 30% des constructions sont aujourd'hui bâties en dehors de celles-ci.

Conséquence: les distances entre le logement et le lieu de travail s'allongent de plus en plus, les flux de pendulaires ne cessent de croître, la biodiversité s'appauvrit. Il s'agit désormais de lever le pied, selon Franziska Teuscher.

Le vice-président de l'ATE Roger Nordmann a averti que la politique des transports pourrait réduire à néant les efforts de la stratégie énergétique 2050 prônée par le Conseil fédéral. Selon lui, la Confédération serait en train d'élaborer des projets de nouvelles autoroutes. Or les nouvelles routes ont toujours engendré un trafic encore plus important et renforcé la dépendance au pétrole.

Augmenter le prix du carburant

La Confédération devrait prendre des mesures visant à réduire la consommation d'énergie des transports: au lieu d'augmenter le prix des transports publics, il faudrait augmenter celui du carburant. Et au lieu de dépenser des milliards de francs pour un second tube au Gothard, il serait mieux de transférer enfin le trafic marchandises de la route au rail.

«Pour une mobilité d'avenir» est la maxime ancrée dans le logo de l'ATE, qui a été modernisé et rajeuni pour 2013. L'association doit également se doter d'une nouvelle présidence cette année. Franziska Teuscher, élue à l'exécutif de la ville de Berne, quittera l'ATE en avril après avoir passé dix ans à sa tête.

Deux autres Bernoises étaient en lice jusqu'à vendredi, délai communiqué pour les candidatures: la conseillère nationale Evi Allemann (PS) et sa collègue Aline Trede (Verts). Selon le règlement de l'ATE, des candidatures peuvent toutefois encore être annoncées jusqu'en avril.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.