Passer au contenu principal

Le procès de Falciani se poursuit avec un témoin clé

Une banquière de Beyrouth affirme avoir reçu la visite de Falciani sous un faux nom. Il aurait tenté de lui vendre les données.

Hervé Falciani, le 28 octobre 2015.
Hervé Falciani, le 28 octobre 2015.
ARCHIVES, Keystone

Une représentante de la banque Audi de Beyrouth a réaffirmé jeudi devant le Tribunal pénal fédéral (TPF) suisse à Bellinzone (Tessin) que l'ex-informaticien italo-français Hervé Falciani avait tenté de lui vendre des données volées à son ex-employeur, la banque HSBC-Suisse. Le procès par contumace d'Hervé Falciani, qui a commencé lundi, devrait se terminer vendredi avec le réquisitoire du procureur et les plaidoiries de la défense et des parties civiles.

Selon l'agence ATS, la banquière libanaise entendue jeudi avait alerté l'Association suisse des banquiers (ASB) après avoir reçu la visite de Falciani, qui se faisait appeler Ruben Al Chidiak. L'homme, a-t-elle déclaré, était venu lui proposer la vente d'une base de données contenant les noms de clients de HSBC, prétendant que sa démarche était légale, mais elle avait refusé.

«Un voleur et non pas un lanceur d'alerte»

«Le témoignage démontre que Hervé Falciani s'est rendu au Liban avec l'intention de monnayer les données volées. Il ne peut pas y avoir de preuve plus claire que Monsieur Falciani est un voleur et non pas un lanceur d'alerte», a déclaré à l'AFP, Me Moreillon, avocat qui représente HSBC Private Bank dans le procès.

Mercredi, quatre ex-collègues de Falciani chez HSBC Suisse ont été entendus comme témoins. Leur audition a porté sur les failles qui lui ont permis de piller ces données. Un informaticien a déclaré que l'accusé était venu travailler à Genève avec un ordinateur portable qu'il avait utilisé précédemment à HSBC Monaco, et que «cet ordinateur n'était pas aux normes».

Il permettait à Hervé Falciani d'être son propre administrateur et d'installer des logiciels externes, ce qui n'était pas possible sur les portables fournis par HSBC Genève à ses employés, et les ports USB de son portable n'étaient pas bloqués.

Révélations fracassantes

Hervé Falciani avait été engagé en 2004 pour établir une base de données servant à gérer les relations avec les clients.

Accusé d'espionnage économique, vols de données et violation du secret bancaire, il a livré à la France le nom de près des trois-quarts des clients privés de HSBC Suisse. La divulgation de ces données a permis à un consortium de plusieurs médias de révéler que près de 120 milliards de dollars auraient transité par HSBC dans le but d'échapper à l'impôt ou pour être blanchis via des sociétés-écrans.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.