Passer au contenu principal

Votations 10 juin«Nous aurons l’argent le plus sûr du monde»

Les partisans de «Monnaie pleine» ont lancé leur campagne. Ils demandent que la création d'argent, y compris électronique, soit du ressort de la BNS. Interview d'un initiant.

Le 10 juin prochain, les Suisses devront se prononcer sur une question de fond: qui doit créer les francs suisses? C'est ainsi que les partisans de l'initiative Monnaie pleine ont lancé leur campagne jeudi devant la presse à Berne. Pour eux, la réponse est claire: c'est à la Banque nationale suisse (BNS) de s'en occuper exclusivement, pour ce qui est de l'argent liquide comme aujourd'hui, mais aussi et surtout de l'argent électronique. Explications avec Jean-Marc Heim, juriste et membre de l'équipe de campagne.

Redaktion Tamedia: Concrètement, que demande l’initiative?

Jean-Marc Heim: Elle pose une question politique essentielle à la démocratie: est-ce que le pouvoir de création monétaire doit être entre les mains du souverain, ou doit-il être entre les mains de puissances privées? La Constitution prévoit à l'article 99 que c'est la Confédération qui est compétente en la matière. Mais cet article date de 1891 et à l’époque, la monnaie électronique n’existait pas. Ce qui fait qu’aujourd’hui seul l'argent liquide, soit les billets et les pièces de monnaie, est encore créé par la BNS. L’émergence de la monnaie électronique a permis aux banques comme UBS ou Credit Suisse de détourner ce monopole. Cet argent électronique représente actuellement 90% de notre argent.

Vous voulez donc que la monnaie électronique corresponde à du concret, en clair que chaque franc inscrit sur nos comptes salaires soit un vrai franc et pas une écriture comptable?

Absolument. Quelle que ce soit la forme que prend le franc suisse, que ce soit du liquide ou de l’électronique. Notre texte demande que la monnaie électronique devienne exactement comme les pièces et les billets.

«L'argent sur nos comptes en banque, c'est comme les points cumulus»

Concrètement, qu’est-ce qui changerait ?

L’argent que nous avons sur nos comptes serait des vrais francs et non plus de la monnaie privée comme actuellement. Aujourd’hui, l’argent que nous possédons sur nos comptes n’est pas réel. C’est une créance que le client a contre sa banque. C’est un peu comme les points cumulus de la Migros.

Si tout le monde retirait son argent en même temps à la banque, nous n’aurions pas assez de billets à distribuer…

En effet, car les banques ne sont tenues d’avoir que 2,5% de l’argent se trouvant sur les comptes des clients en réserve à la BNS. Et si tout le monde venait chercher son argent en même temps, la banque ne pourrait effectivement pas le verser. Mais il y a aussi un autre problème: si la banque devient insolvable en raison d'une faillite, l’argent est également perdu.

Vous estimez donc que votre initiative apporterait de la sécurité aux Suisses?

Oui. C’est une sécurité pour les titulaires de comptes individuels, mais aussi pour l’économie car avec la monnaie pleine, la faillite d’une grande banque systémique ne met plus en danger le trafic des paiements. Il n'y aurait donc plus besoin de la sauver avec l’argent du contribuable et il n’y aurait plus le risque de paralysie du trafic des paiements, paralysie qui peut être catastrophique pour l’économie.

Est-ce que cela ne va pas ralentir l’économie si tout passe par la BNS et que les banques ne peuvent plus octroyer de crédits?

Rien ne passera par la BNS de plus qu’aujourd’hui! En effet, les banques resteront entièrement compétentes, comme c’est le cas aujourd’hui, pour tout ce qui relève de la gestion des comptes de paiements. Sauf que ceux-ci seront gérés fiduciairement en dehors de leur bilan. Elles resteront compétentes aussi pour l’octroi de crédits, avec la même immédiateté. Et elles resteront compétentes aussi pour la gestion de fortune.

La Suisse est réputée pour sa place bancaire. Si on accepte l’initiative «Monnaie pleine», elle deviendrait pionnière en la matière. N’est-ce pas risqué pour notre réputation et nos affaires?

Bien au contraire. Je pense que la Suisse serait un exemple admiré dans le monde entier et très envié. Parce que la Suisse a déjà une réputation historique en matière de sécurité. Certes, la Suisse offrait aussi des garanties grâce à son secret bancaire qui a disparu. Mais la monnaie pleine va apporter beaucoup plus que le secret bancaire et elle sera bien plus transparente. Nous aurons l’argent le plus sûr du monde. En outre, cela ne va pas perturber les relations internationales puisque déjà aujourd’hui le marché des devises internationales fonctionne avec de la monnaie pleine.

Le seul point qui peut nous faire échouer, c’est que nos adversaires (..) peignent le diable sur la muraille pour faire peur aux gens.

Cela poserait quand même des problèmes pour tout ce qui est investissements, non?

Non. Car aujourd’hui 80% de l’argent créé par les banques va dans des casinos financiers. Et ne profite pas aux vrais investissements dans l’économie directe.

Votre initiative semble être une panacée. Pourtant presque personne ne vous soutient sur le plan politique. Pourquoi?

Il faut peut-être s’interroger sur le système actuel, un système qui a été mis en place par des intérêts privés. Ceux-ci ont pu prendre un pouvoir qui dépasse le pouvoir politique et ont donc réussi à mettre à leurs bottes un grand nombre de politiciens et d’organisations.

Néanmoins, vu la complexité du sujet, vous n'avez que peu de chances devant le peuple...

Le seul point qui peut nous faire échouer, c’est que nos adversaires racontent de fausses choses et peignent le diable sur la muraille pour faire peur aux gens. Car la question que pose l’initiative n’est pas une question technique d’économiste. C’est une question politique. Or, c’est un droit que de décider si le pouvoir de la création monétaire doit appartenir à l’Etat ou s’il doit être privatisé.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.