L'austérité en cas de non à RIE III, avertit Maurer

EconomieLe ministre des Finances estime qu'il faudra faire des sacrifices budgétaires durant quatre à huit ans si la réforme ne passe pas.

Image d'archive (mai 2016). Ueli Maurer s'exprime dans une interview à la Schweiz am Sonntag.

Image d'archive (mai 2016). Ueli Maurer s'exprime dans une interview à la Schweiz am Sonntag. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre des finances Ueli Maurer met en garde contre un non à la réforme de l'imposition des entreprises RIE III. La Suisse devra économiser pour les quatre voire huit prochaines années. Il dit alors prévoir un plan d'austérité de plusieurs milliards de francs.

«Si le non l'emporte, je lance dès le lendemain un programme d'économies de plusieurs milliards de francs pour les prochaines années», déclare le conseiller fédéral UDC dans une interview à la Schweiz am Sonntag. Ueli Maurer estime qu'il faudra faire des sacrifices budgétaires durant quatre à huit ans.

La troisième réforme de l'imposition des entreprises, qui devrait entrer en vigueur en 2019, vise à remplacer les statuts spéciaux actuellement accordés à quelque 24'000 multinationales. Elle est soumise en votation le 12 février prochain.

Rester ou non en Suisse

Au contraire, une acceptation de la réforme RIE III par le peuple «amènerait une dose incroyable de sécurité» financière à la Suisse, selon le chef du Département des finances (DFF). Il cite en exemple des entreprises qui pourraient investir fortement dès le lendemain de la votation en cas de oui et d'autres qui hésiteront à rester en Suisse en cas de non.

Ueli Maurer estime que la Suisse souffre déjà d'un manque d'implantation de nouvelles entreprises depuis quelques années, en raison de l'insécurité juridique actuelle face à l'Union européenne, des incertitudes liées à l'initiative sur l'immigration de masse et des impôts élevés.

Un non à Rie III donnerait un signal «absolument dévastateur», selon lui. «Si nous refusons la réforme, nous allons à la fois perdre des emplois et avoir zéro chance d'en créer de nouveaux», affirme-t-il dans le journal dominical alémanique. (ats/nxp)

Créé: 15.01.2017, 05h24

Articles en relation

Si c'est non à la RIE III, Maurer lancera des plans d'économie

Votations fédérales du 12 février Interview Ueli Maurer, le chef du Département fédéral des finances, parle aussi d'immigration, des paysans, des femmes et de ses cadres trop coincés Plus...

Ueli Maurer n'exclut pas de licencier au DFF

Confédération Le patron du Département fédéral des finances précise bien qu'il n'y aura pas de vague de licenciements. Plus...

Les cantons à nouveau au front pour la RIE III

Votations 12 février Ils ont mutliplié les superlatifs pour souligner l'importance de la 3e réforme fiscale des entreprises soumise au vote le 12 février. Plus...

Pas de cadeaux pour les gros actionnaires

L'invitée Vania Alleva, présidente d’Unia, motive son rejet de la réforme de l'imposition des entreprises ou RIE III. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...