L'auteur de l'attentat raté contre Bota Sot jugé

Tribunal pénal fédéralIl voulait tuer, avec un colis piégé, plusieurs personnes de la rédaction d'un journal albano-kosovar. L'homme comparaît ce mercredi devant le TPF.

Quelques numéros du journal Bota So

Quelques numéros du journal Bota So Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'auteur présumé d'un projet d'attentat commis en 2002 contre la rédaction du média albanophone Bota Sot à Zurich comparaît ce mercredi devant le Tribunal pénal fédéral (TPF). Il répond de tentative répétée d'assassinat et de violation de la loi sur les armes.

Selon le Ministère public de la Confédération, cet homme a voulu tuer, le 27 septembre 2002, avec un colis piégé, plusieurs personnes de la rédaction du journal albano-kosovar Bota Sot, basé à Zurich.

Il aurait accepté le risque que d'autres personnes se trouvant à proximité soient également blessées lors de l'ouverture du paquet, qui contenait une grenade à main. Devant le TPF, l'accusé a nié avoir eu des intentions meurtrières. Il a affirmé qu'il était persuadé que la grenade n'était plus en état de fonctionner. Il avait voulu simplement donner un signal pour faire réfléchir les journalistes de Bota Sot.

Agé d'une quarantaine d'années, l'accusé a la double nationalité macédonienne et suisse. Il a expliqué qu'il avait posté la grenade après avoir vu un film documentaire qui concernait les massacres de la population civile pendant la guerre au Kosovo. Il a ajouté qu'il avait agi sous le coup de l'émotion.

Rencontre de famille

L'acte d'accusation indique qu'en l'absence du rédacteur en chef, c'est la soeur de ce dernier qui avait pris le paquet chez elle, à son domicile, en se disant qu'elle allait le remettre à son frère à la première occasion.

Lors d'une rencontre de famille, qui avait eu lieu peu après, le rédacteur en chef avait commencé à défaire le paquet. Par chance, le destinataire l'avait ouvert latéralement, ce qui avait permis d'éviter que le mécanisme se déclenche et fasse sauter la grenade. Lorsqu'il s'est aperçu qu'il y avait des fils suspects dans l'emballage, le rédacteur en chef avait immédiatement avisé la police.

Grenade prête à exploser

Selon les experts, si le destinataire n'avait pas ouvert le paquet de côté, il aurait arraché le couvercle du dispositif et actionné la grenade, ce qui aurait provoqué la mort de plusieurs personnes.

Un collaborateur de la police municipale de Zurich a expliqué mercredi devant le TPF que la grenade, de fabrication russe, était prête à l'emploi. Il avait lui-même désamorcé l'engin le 28 septembre 2002.

Lors de son interrogatoire, le prévenu a affirmé avoir agi seul. Une version mise en doute par le rédacteur en chef du journal Bota Sot, qui a rappelé que le média avait reçu de nombreuses menaces avant que le colis piégé ne soit adressé à la rédaction.

Arrêté quinze ans après les faits

Grâce à une comparaison ADN, l'auteur présumé de ce projet d'attentat a pu être arrêté près de quinze ans après les faits. Il avait été impliqué dans une rixe qui s'était déroulée dans un établissement zurichois. Le 31 janvier dernier, l'homme avait été interpellé à son lieu de travail.

Le prévenu, qui avait été initialement incarcéré à la prison régionale de Berne, se trouve actuellement dans la prison de l'aéroport de Zurich-Kloten en exécution anticipée de peine. Son procès devrait durer deux jours.

Verdict en septembre

La journée de jeudi sera consacrée au réquisitoire du Ministère public et aux plaidoiries de la défense et des parties civiles. Le verdict sera rendu le 20 septembre prochain. (ats/nxp)

Créé: 16.08.2017, 10h30

Articles en relation

L'auteur d'un projet d'attentat en prison

Tribunal pénal Le suspect est soupçonné d'avoir voulu tuer plusieurs membres de la rédaction d'un journal albano-kosovar en 2002, à Zurich. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.