Passer au contenu principal

L'AVS est ce qui préoccupe le plus les jeunes

Le baromètre du Credit Suisse montre que pour la première fois, les jeunes Helvètes considèrent la prévoyance vieillesse comme leur principal sujet d'inquiétude.

La votation sur la Prévoyance vieillesse 2020 semble avoir renforcé la prise de conscience des jeunes par rapport à l'AVS.
La votation sur la Prévoyance vieillesse 2020 semble avoir renforcé la prise de conscience des jeunes par rapport à l'AVS.
Keystone

La prévoyance vieillesse est désormais la principale préoccupation des jeunes en Suisse, selon le baromètre du Credit Suisse. Ils considèrent la migration et l'asile comme des problèmes nettement moins importants.

A part en Suisse, la prévoyance vieillesse n'est arrivée dans aucun autre des trois pays étudiés (Etats-Unis, Singapour, Brésil) parmi les 10 plus importantes préoccupations, a indiqué lundi Credit Suisse (CS). Les plus grands soucis des jeunes sont par exemple le chômage aux Etats-Unis et à Singapour ou la corruption au Brésil.

C'est la première fois que les jeunes Helvètes considèrent la prévoyance vieillesse comme le principal sujet d'inquiétude. Mais cela confirme la tendance révélée ces dernières années par le baromètre du CS des préoccupations de la population suisse en général, explique la banque dans son communiqué.

Prise de conscience

La votation sur la Prévoyance vieillesse 2020, respectivement le débat à ce sujet, semble avoir renforcé la prise de conscience des jeunes par rapport à cette problématique. Ce nouveau souci majeur montre aussi que les jeunes attendent maintenant de manière urgente des solutions de la part du monde politique.

Les thèmes de la migration et de l'asile sont considérés par les jeunes comme des problèmes moins importants. Depuis 2010, les jeunes Suisses décrivent les relations avec les jeunes étrangers comme de plus en plus harmonieuses. Il y a huit ans, seuls 11% des sondés affichaient cette vision positive, contre 33% aujourd'hui.

Un nouveau système de valeurs se dessine aussi, qui favorise des nouvelles formes d'organisation et de modèles économiques. Sous la devise «partager au lieu de posséder», l'économie du partage s'est développée de manière très rapide ces dernières années. Cette forme d'économie de même que des plates-formes comme Airbnb et les offres de partage de véhicules sont aussi appréciées des jeunes. Environ la moitié d'entre eux disent les utiliser.

Moins peur de perdre son emploi

Un autre enseignement du sondage est que chez les jeunes aussi les effets de la numérisation sur la vie professionnelle entraînent de l'incertitude. Cette tendance est toutefois moins marquée en Suisse qu'à l'étranger, car en Suisse le système de formation dual offre une certaine sécurité.

Ainsi en Suisse, seuls un tiers des jeunes interrogés craignent de perdre leur emploi. A part en Suisse (43%), la branche des technologies de l'information (IT) et de la technique apparaît de loin comme le secteur professionnel le plus appréciés par les jeunes (75% aux Etats-Unis et à Singapour et 72% au Brésil).

Les jeunes Suisses préféreraient pour leur part travailler dans les domaines de la formation (56%), des médias (53%), du tourisme (50%) ou de l'administration (47%).

La numérisation n'influence pas seulement la manière, respectivement la fréquence à laquelle les jeunes consomment des informations, mais elle crée elle-même de tout nouveaux thèmes. La transmission numérique de fausses informations («fake news») est ainsi considérée comme un des cinq problèmes les plus importants par une part non négligeable des jeunes interrogés dans les quatre pays examinés. Et cette tendance est à la hausse.

Pour ce baromètre des jeunes, l'institut gfs.bern a interrogé entre avril et mai 2018 environ 1000 jeunes âgés de 16 à 25 ans en Suisse, au Brésil, aux Etats-Unis et à Singapour. Le sondage a été mené en ligne.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.