Les banques vont refuser les fraudeurs allemands

Conflit fiscalAprès l'échec de l'accord fiscal avec l'Allemagne, il apparaît clair que les banques suisses vont encourager leurs clients fraudeurs à déclarer leurs avoirs, selon la presse dominicale alémanique.

Credit Suisse reste l'établissement avec la position la plus tranchée.

Credit Suisse reste l'établissement avec la position la plus tranchée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

"Après l'échec de l'accord fiscal avec l'Allemagne, les banques suisses mettent le couteau sous la gorge des réfugiés fiscaux allemands", affirme le journal dominical alémanique Der Sonntag. Il en veut pour preuve la volonté affichée des grandes banques d'encourager les fraudeurs à déclarer leurs avoirs.

L'UBS va encourager ses clients à légaliser leurs avoirs non déclarés par des actions volontaires, a déclaré au journal dominical un porte-parole de la banque. Ce sera également le cas à la Banque cantonale zurichoise: elle va inciter ses clients à être en ordre avec le fisc à moyen terme.

Mais c'est Credit Suisse qui reste l'établissement avec la position la plus tranchée: "nous disons clairement que nous ne voulons plus mener des affaires avec des avoirs non déclarés", a déclaré au Tages Anzeiger Urs Rohner, le président du conseil d'administration. Si les clients ne se mettent pas en ordre avec le fisc, la banque en tirera les conséquences, a-t-il mis en garde.

Si les banques suisses se débarrassent des fraudeurs fiscaux, cela devrait coûter au cher au fisc allemand. Sans accord germano-suisse, elles ne seront pas obligées de verser une compensation de l'ordre du milliard de francs au grand voisin germanique.

L'accord aurait dû entrer en vigueur le 1er janvier 2013. Après avoir été approuvé par le Parlement à Berne, il a en revanche été rejeté par le Bundesrat, la Chambre des Länder, en Allemagne.

Echange automatique

A la suite de cet échec, le ministre des Finances du Land allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie Norbert Walter-Borjans demande l'échange automatique d'informations entre l'Allemagne et la Suisse. Selon lui, cette mesure est la seule qui permette d'assurer que les impôts sont payés correctement.

"Je ne vois aucune alternative sur la durée", dit l'opposant à l'accord fiscal dans un entretien accordé à la SonntagsZeitung. Il estime qu'il ne fait aucun sens de convoquer la commission de conciliation parce que l'accord ne plus être modifié dans cet organe. "Le secret bancaire doit tomber, mais pas le secret fiscal. Il garantit la sphère privée. Le secret bancaire garantit la fraude", ajoute-t-il.

(sipa/nxp)

Créé: 25.11.2012, 07h44

Accord avec l'Italie

Les négociations sur l'accord fiscal avec l'Italie devraient aboutir avant la fin de l'année, plus précisément le 21 décembre prochain.

C'est ce qu'a déclaré le négociateur suisse, l'ambassadeur Oscar Knapp, à des journalistes italiens, rapporte la NZZ am Sonntag.

A Berne, le porte-parole du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales, Mario Tuor, n'a pas voulu commenter ces informations, explique le journal dominical alémanique. Il a cependant reconnu qu'elles sont intensives et vont de l'avant.

Les négociateurs vont se retrouver la semaine prochaine dans la capitale fédérale afin de poursuivre les entretiens. Une des raisons de cette percée vient de la volonté du gouvernement Monti de soumettre un accord au Parlement italien avant les élections du début de l'année 2013. Il a déjà fait figurer 17 milliards d'euros dans son budget pour les trois prochaines années. (sipa)

Articles en relation

La presse suisse donne peu d'avenir à Rubik

Conflit fiscal Seules La Tribune de Genève et la NZZ semblent encore croire à l'accord fiscal au lendemain de son rejet par le Bundesrat allemand. Plus...

L'accord balayé au Bundesrat, Berne mise sur un compromis

Conflit fiscal L'accord fiscal entre l'Allemagne et la Suisse n'a pas trouvé de majorité vendredi matin à Berlin lors du vote au Bundesrat, la chambre des Länder. Berne mise maintenant sur un compromis qui pourrait être trouvé en décembre. Plus...

«Le Conseil fédéral doit changer de stratégie»

Accords fiscaux Christian Levrat estime que la Suisse doit prendre les leçons du «non» du Bundesrat allemand à un accord fiscal. Inutile selon lui de s'accrocher à un espoir illusoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...