La base de données qui vous renseigne sur votre dispositif médical

Implant Files 250 journalistes ont compilé des documents dans de nombreux pays. Ils ont créé la première base de données au monde permettant aux patients de se renseigner sur leur dispositif.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Durant près d’un an, 250 journalistes et analystes de données ont compilé des documents. Leur travail a permis de créer la première base de données au monde qui permet aux patients d’en apprendre davantage sur leur pacemaker ou leur prothèse. Un tel service n’est pas proposé par les autorités ni en Europe, ni en Suisse. «Le contenu que vous cherchiez a été déplacé.» Ce message d'erreur est envoyé à tous ceux qui cherchent à en savoir davantage plus sur les dispositifs médicaux.

Cette panne du site internet de la Commission européenne est symptomatique. Peu d'industries sont plus opaques que celle des dispositifs médicaux. Dès 2001, l'Union européenne (UE) a envisagé de créer une base de données centrale couvrant tous les dispositifs médicaux disponibles dans les pays membres: du stimulateur cardiaque jusqu’à la seringue, en passant par toutes les sortes d’implants imaginables.

Cinq ans plus tard, après une analyse qui a coûté 1,3 million de francs, les responsables du projet sont arrivés à la conclusion que la création d'un centre de contrôle pour les médecins, les patients et les hôpitaux était une bonne idée. Cela permettrait enfin d'assurer l'échange d'informations nécessaire. Les produits pourraient être utilisés correctement et les dispositifs défectueux pourraient être détectés plus rapidement et disparaître complètement du marché. Douze ans plus tard, il ne s'est toujours rien passé.

Depuis dimanche soir, les patients du monde entier ont une alternative: sous l’égide du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) la première base de données centrale transnationale sur les rappels et les alertes de sécurité des dispositifs médicaux a été créée. La cellule enquête et des datajournalistes de Tamedia ont participé à cet effort, qui a duré douze mois.


70 000 rappels et alertes de sécurité

Actuellement, on peut rechercher parmis quelque 70’000 rappels et alertes de sécurité en provenance de 11 pays: Suisse, Etats-Unis, Canada, Pays-Bas, Espagne, Finlande, Australie, Inde, Mexique, Liban, Pérou. Ces prochaines semaines, 25 autres pays devraient s'y ajouter.


Que contient cette base de données ?
L’International Medical Devices Database (IMDD) offre un aperçu sans précédent au coeur d’un système où les dysfonctionnements sont nombreux. Notre enquête a montré que seul un pays sur cinq met à la disposition de ses citoyens des données sur les dispositifs médicaux. La Suisse publie au moins les décisions de rappel et les alertes de sécurité. Mais, sur son site internet, tous les rapports sont traités sur un pied d'égalité. Les défauts graves des produits, tels que les implants qui se dissolvent dans le corps des patients, côtoient des phénomènes plus banals, comme les pansements dont l'emballage a été déchiré pendant la production. Impossible de trouver rapidement ce qui est important.

Comment utiliser cette base de données?
? Admettons que vous portez une prothèse d'épaule. Fabriquée par exemple par Medtronic, l’un des leaders mondiaux du marché des produits médicaux. En saisissant le nom de votre implant dans le champ de recherche, vous pouvez vérifier si l'appareil a déjà été rappelé dans un autre pays ou pas.

Pourquoi la base de données n'est-elle disponible qu'en anglais?
Elle sera traduite en français début 2019 et publiée sur notre site web..

Pourquoi n'y a-t-il des rappels que pour 11 pays?
? Vingt-cinq autres pays viendront s’ajouter au cours des prochaines semaines. Ce sera par exemple le cas de l'Allemagne et de l'Italie. Mais la liste restera très incomplète, car seul 36 pays dans le monde tiennent des registres publics contenant des informations sur les dispositifs médicaux défectueux.

Qui a créé cette base de données?
Près de 250 journalistes et spécialistes des données de 58 médias dans le monde entier ont participé à l’enquête Implant Files. Elle a été coordonnée par la Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), basé à Washington, aux États-Unis. 27 journalistes, datajournalistes et développeurs ont travaillé sur la base de données elle-même, y compris des équipes de Tamedia.

(24 heures)

Créé: 28.11.2018, 06h56

Implant Files

Les dispositifs médicaux représentent un marché de plusieurs milliards de dollars. Selon UBS, les ventes auprès des plus de 65 ans vont croître de 60% d’ici 2030. Mais ce boom fait aussi des victimes: des implants défectueux et dangereux sont utilisés sur des patients. C’est ce que montrent les «Implant Files», une enquête conjointe de 58 médias du monde entier sous l’égide du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Cette semaine, la cellule enquête de Tamedia dévoile les volets suisses de cette affaire.

Articles en relation

Deux Suisses impliqués dans un scandale d'implant

Implant Files Un chirurgien star et un professeur de l'université de Zurich ont contribué au développement d'un disque intervertébral catastrophique. Au moins sept patients suisses l'ont reçu. Plus...

«C'est tout simplement un désastre»

Implant Files Le chirurgien allemand Karsten Ritter-Lang a dû retirer de nombreuses prothèses Cadisc-L du dos des patients. Plus...

Un déchet aurait pu être homologué comme dispositif médical vendu en Suisse

Implant Files Trois organismes officiels de certification étaient prêts à homologuer un filet de mandarines comme implant médical. L'affaire a été le point de départ d’une enquête à l'échelle mondiale. Plus...

Le nombre d'alertes de sécurité concernant des implants explose en Suisse

Implant Files Les annonces de sécurité concernant des dispositifs médicaux depuis 2006 révèlent parfois de graves défauts. Plus...

L’un des orthopédistes suisses évoque des pressions

Implant Files Deux Suisses siégeaient au conseil médical du fabricant. Des experts confirment que les premières études montraient des problèmes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...