Passer au contenu principal

Bataille sur les millions de l’AVS pour le budget 2018

L’échec de la réforme des retraites a dégagé 440 millions de plus au budget. Les élus s’écharpent sur son usage

La Confédération n’aura pas à verser à l’AVS 440 millions suite au Non le 22 septembre dernier
La Confédération n’aura pas à verser à l’AVS 440 millions suite au Non le 22 septembre dernier
Keystone

L’argent ne fait pas le bonheur. On va le constater dès mardi lors de la session d’hiver du parlement fédéral. Un «cadeau» tombé du ciel, ou plutôt sorti de l’urne, sème la zizanie. De quoi parle-t-on? Des 440 millions que la Confédération n’aura pas à verser à l’AVS suite à l’échec devant le peuple de la grande réforme pour l’assainissement des retraites. Comme on n’est jamais assez prudent, une majorité de la Commission des finances du National proposait tout de même, sans y être légalement obligée donc, de verser ces centaines de millions à l’AVS. La commission sœur des États a dit non. Elle préfère suivre le Conseil fédéral et mettre 295 millions du pactole dans le fonds d’infrastructure ferroviaire. Quant au reste, il servirait au désendettement. Il n’est pas sûr que cette alternative l’emporte car le PS a l’intention de remettre le couvert en plénum pour virer l’argent à l’AVS.

Une autre bataille, plus classique, se déroulera aussi sur le budget 2018 dont les dépenses tourneront autour de 70 milliards. Il s’agit d’économiser près d’un milliard de francs. Margret Kiener Nellen (PS/BE), présidente de la Commission des finances du Conseil national, estime que les points chauds porteront essentiellement sur les coupes concernant le personnel et la coopération internationale. «Une majorité des élus en commission ne veut pas d’une contribution complémentaire de la Confédération à la caisse de retraite Publica en faveur du personnel fédéral. Alors même que ce dernier ne touchera pas de renchérissement.»

La présidente attend aussi avec intérêt de voir si la trentaine de postes pour les gardes-frontière sera votée. «Le Conseil fédéral a opéré un zigzag incroyable sur cette question. Il était pour au début de l’année et contre en juin.» Il ne faut en revanche pas s’attendre à des coupes dans la formation ni dans l’agriculture. Il faut relever également que les budgets votés par le parlement correspondent rarement à la réalité. Depuis de nombreuses années, les comptes se révèlent ensuite nettement bénéficiaires. À combien se monte la dette de la Confédération? À environ 100 milliards de francs. Cela paraît beaucoup mais c’est tout à fait raisonnable. La France, elle, supporte une dette de plus de 2140 milliards d’euros. Quand on regarde le taux d’endettement par rapport au Produit intérieur brut (PIB), la santé financière helvétique est éclatante. Notre pays affiche un taux de 32,6% alors que la zone euro est à 92,2%. Quant à la France, son taux se monte à près de 98%.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.