Passer au contenu principal

Canton de FribourgBelfaux sera coaché pour gérer ses affaires

La préfecture met en place une cellule pour accompagner les autorités communales de Belfaux dans la gestion de leurs affaires courantes après l'affaire du boursier indélicat.

Le village de Belfaux (FR).
Le village de Belfaux (FR).
Wikicommonns

La commune de Belfaux (FR) va bénéficier de mesures d'accompagnement, à la suite de l'affaire de son boursier soupçonné d'avoir puisé jusqu'à quatre millions de francs dans la caisse. Cela doit permettre aux autorités communales de faire face à cette situation extraordinaire.

«Après avoir analysé le premier rapport de la fiduciaire mandatée par le Conseil communal de Belfaux, et en accord avec ce dernier, le préfet de la Sarine, Carl-Alex Ridoré, a décidé de mettre en place une cellule d'accompagnement», a indiqué vendredi la Préfecture. Cette cellule est composée de Claude Bertelletto Küng de Morat, de Jean-Marc Morand de Bulle, de Jocelyne Moret de Villars-sur-Glâne, d'Alexis Overney de Granges-Paccot et de Charly Veuthey de Fribourg.

La tâche de ces conseillers «consistera à apporter au Conseil communal tout le soutien nécessaire dans la gestion des affaires courantes et dans la mise en place des mesures financières, juridiques, organisationnelles et de communication propres à restaurer la confiance des citoyens et le rétablissement des irrégularités constatées», a ajouté la Préfecture.

Cette mesure s'inscrit dans la continuité des démarches entreprises par les autorités communales depuis 2017 sur ce dossier. Pour rappel, un mentorat avait été mis en place durant l'année 2018, avant l'ouverture par le Conseil communal de Belfaux, en juillet 2019, d'une enquête à l'égard de son boursier.

Démission du boursier

Informé des premiers éléments de cette enquête à la fin du mois d'août, Carl-Alex Ridoré avait saisi le Ministère public, qui a ouvert une procédure pénale contre le boursier, lequel a, dans l'intervalle, démissionné de ses fonctions. Le Ministère public a ouvert une procédure pour abus de confiance qualifié, faux dans les titres et éventuellement gestion déloyale.

Le préjudice atteint quatre millions de francs. Mais il n'est pas certain qu'après vérification, il affiche ce montant. Il est reproché au boursier d'avoir effectué des prélèvements indus au détriment de la commune depuis 2016, voire 2014.

En l'état de la procédure, il n'est donné aucune information sur le mode opératoire, les mobiles et les autres éléments de l'enquête, a précisé le préfet.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.