Passer au contenu principal

Berne bloque les avoirs de Ianoukovitch et de son fils

La Suisse annonce qu'elle bloque les avoirs de 20 responsables ukrainiens, tandis que Genève annonce une enquête pénale contre le «clan Ianoukovitch» pour «blanchiment».

Après avoir annoncé un cessez-le-feu «sous peu», Petro Porochenko a également promis mercredi l'amnistie «à ceux qui déposeront les armes et à ceux qui n'auront pas commis de crimes graves». (18 juin 2014)
Après avoir annoncé un cessez-le-feu «sous peu», Petro Porochenko a également promis mercredi l'amnistie «à ceux qui déposeront les armes et à ceux qui n'auront pas commis de crimes graves». (18 juin 2014)
AFP
Didier Burkhalter: «Nous avons besoin d'un cessez-le-feu pour les élections», a déclaré le président de l'OSCE à l'aéroport de Vienne, où se tenait une conférence des ministres des affaires étrangères du Conseil de l'Europe. (6 mai 2014)
Didier Burkhalter: «Nous avons besoin d'un cessez-le-feu pour les élections», a déclaré le président de l'OSCE à l'aéroport de Vienne, où se tenait une conférence des ministres des affaires étrangères du Conseil de l'Europe. (6 mai 2014)
Keystone
Ianoukovitch a annoncé dans une conférence de presse en Russie qu'il allait «poursuivre la lutte» (28 février 2014)
Ianoukovitch a annoncé dans une conférence de presse en Russie qu'il allait «poursuivre la lutte» (28 février 2014)
Capture d'écran BFM TV
1 / 147

La Suisse gèle dès vendredi les avoirs et ressources économiques du président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch. Dix-neuf autres responsables sont touchés par la mesure, dont onze anciens ministres, écrit le Conseil fédéral dans l'ordonnance d'application de sa décision prise mercredi.

Ce blocage s'adresse aussi au fils de Viktor Ianoukovitch, Alexandre. Parmi les ex-ministres visés, se trouvent notamment les deux anciens premiers ministres Serhiy Arbuzov et Mykola Azarov, des finances Yuriy Kolobov, et des infrastructures pendant le championnat d'Europe de football 2012 Borys Kolesnikov.

Le plus rapidement possible

Par cette décision, le Conseil fédéral veut éviter tout retrait de Suisse ou détournement des fonds publics ukrainiens. Il a en outre interdit la vente et toute autre aliénation des biens, notamment immobiliers, appartenant à ces personnes.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) peut, exceptionnellement, prélever des fonds sur des comptes bloqués, autoriser des transferts de biens gelés et le déblocage de ressources économiques gelées afin de préserver les intérêts suisses ou pour prévenir les cas de rigueur. Il doit consulter auparavant le Secrétariat d'Etat à l'économie et le Département des finances.

S'il devait s'avérer que les avoirs sont effectivement d'origine illicite, ils pourront être restitués à l'Ukraine, poursuit le Conseil fédéral. Mais il faudra d'abord que l'ancien dirigeant et son entourage soient condamnés pénalement. La Suisse se dit prête à collaborer de manière étroite avec les autorités ukrainiennes afin d'atteindre cet objectif le plus rapidement possible.

Enquête à Genève

A Genève, le Ministère public a ouvert une enquête pénale pour blanchiment d'argent aggravé contre M. Ianoukovitch et son fils Alexandre, indique-t-il dans un communiqué.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.