Berne se «distancie» de la lutte contre la pauvreté

SuisseCaritas regrette que le Conseil fédéral renonce à mener une politique de lutte contre la pauvreté qui touche 615'000 personnes en Suisse.

«Le Conseil fédéral se croise les bras», dénonce le directeur de Caritas, Hugo Fasel.

«Le Conseil fédéral se croise les bras», dénonce le directeur de Caritas, Hugo Fasel. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Malgré «la nécessité d'agir» contre la pauvreté, le Conseil fédéral veut «renoncer à mener activement une politique de lutte» contre ce phénomène, regrette lundi Caritas Suisse. L'organisation demande à Berne de prendre des mesures face à une situation qui s'aggrave. Dans une prise de position lundi, Caritas demande à la Confédération d'assumer «son rôle directif» dans la lutte contre la pauvreté.

«La Confédération se distancie de la politique de lutte contre la pauvreté et en confie l'unique responsabilité aux cantons. On peut dire que le Conseil fédéral (...) croise les bras et se contentera d'observer de loin l'évolution de la pauvreté en Suisse», dénonce le directeur de Caritas, Hugo Fasel.

«Retour à la case départ»

«Politiquement, cette décision du Conseil fédéral est un retour à la case départ», ajoute-t-il. En Suisse, quelque 615'000 personnes sont touchées par la pauvreté, dont 108'000 enfants. Et 600'000 autres vivent dans des conditions précaires, juste au-dessus du seuil de pauvreté, souligne Caritas. Et malgré une situation économique excellente en Suisse, le taux de pauvreté augmente, notamment chez les enfants.

Une situation qui rend incompréhensible, pour Caritas, la décision de la Confédération de renoncer à mettre en place une surveillance et de diminuer la somme allouée à la lutte contre la pauvreté, qui sera de «tout juste 500'000 francs par année» dès 2019. De 2014 à 2018, pour la mise en oeuvre du Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté, la Confédération a versé 9 millions de francs.

Pauvreté des enfants «sans réponse»

Dans sa prise de position, Caritas préconise une série d'étapes «urgentes» pour améliorer la situation. Elle demande notamment de fixer un but contraignant visant à réduire de moitié la pauvreté, comme prévu par l'Agenda 2030 de développement durable de l'ONU, signé par la Suisse, et de garantir un minimum vital social.

Pour lutter contre la pauvreté des familles, Caritas demande également la mise en place de prestations complémentaires. Elle s'inquiète notamment que «la pauvreté des enfants reste sans réponse» dans la plupart des cantons, à l'exception, entre autres, de Vaud et Genève, qui ont déjà introduit de telles prestations.

L'organisation demande également d'investir dans la formation continue obligatoire et que les offres de prise en charge extra familiale des enfants, telles que les crèches, soient gratuites pour les familles pauvres, où les deux parents doivent souvent travailler. Caritas présentera ses revendications à la Conférence nationale contre la pauvreté le 7 septembre à Berne. (ats/nxp)

Créé: 27.08.2018, 11h56

Articles en relation

Les handicapés davantage exposés à la pauvreté

Suisse Les personnes handicapées peinent toujours à trouver un travail en Suisse. Elles dépendent souvent des aides sociales. Plus...

Risque accru de pauvreté chez les seniors

Suisse L'Organisation de coopération et de développement économiques estime dans une étude que les dépenses pour les retraites sont élevées en Suisse. Plus...

Caritas veut en finir avec la pauvreté des enfants

Suisse L'association rappelle que 76'000 enfants sont concernés, 188'000 autres vivant dans des conditions précaires juste au-dessus du seuil de pauvreté. Plus...

Les attaques contre l'aide sociale dénoncées

Suisse Des organisations s'insurgent contre les coupes budgétaires à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.