Berne fête bientôt 50 ans d'exploration spatiale

Astronautique Berne célébrera au mois de juin la contribution suisse à l'épopée spatiale de 1969: Apollo 11.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un «drapeau» suisse a flotté avant le drapeau américain sur la Lune: la voile à vent solaire développée par l'Université de Berne a été déployée en premier par Buzz Aldrin lors de la mission Apollo 11. C'était en juillet 1969, et le savoir-faire bernois s'exposait alors sur les télévisions du monde entier.

Lorsque le 21 juillet 1969, Buzz Aldrin est descendu en deuxième du module lunaire, sa première action a été de déployer la voile à vent solaire bernoise et de la planter dans le sol lunaire. Le Solarwind Composition Experiment, planifié et évalué par le Pr Johannes Geiss à l'Institut de physique de l?Université de Berne, a été le premier moment fort de l'histoire de la recherche en astrophysique bernoise.

Le capteur de particules de vents solaires, une feuille d'aluminium ayant subi différents traitements, était la seule expérience non américaine embarquée sur Apollo 11. Une idée toute simple qui a convaincu la NASA également grâce au faible poids du dispositif.

La feuille a recueilli des particules durant 77 minutes. Pour la première fois, des authentiques matériaux solaires ont été ramenés sur la terre et analysés dans des laboratoires à Zurich et Berne. Les chercheurs ont pu acquérir de nouvelles connaissances, non seulement sur le soleil et son évolution depuis des milliards d'années, mais également en astrophysique et en cosmologie.

Une voile solaire bernoise a été de la partie par la suite lors de tous les alunissages, à l'exception d'Apollo-13 - mission interrompue - et d'Apollo-17. Aujourd'hui, ces voiles solaires sont conservées précieusement dans deux coffres-forts de l'Université de Berne.

Dans la cour des grands

Des instruments bernois ont volé à 25 reprises dans la haute atmosphère et l'ionosphère avec des lanceurs (1967-1993), à 9 reprises dans la stratosphère en montgolfières (1991-2008), plus de 30 instruments ont été embarqués à bord de sondes et un satellite a été construit (CHEOPS, démarrage au 2e semestre 2019).

Actuellement, les scientifiques bernois recherchent, entre autres, des traces de vie aux confins de l'espace, envoient des caméras sur Mars et observent les débris spatiaux. En cinquante ans, la recherche spatiale bernoise est entrée dans la cour des grands, avec dernièrement les instruments embarqués sur la sonde européenne Rosetta.

Festivités tous azimuts

Pour commémorer ce 21 juillet 1969 et d'autres aspects de la contribution suisse à l'épopée spatiale, l'Université de Berne met sur pied dès le 28 juin un riche programme de festivités. Sont notamment prévus un spectacle son et lumière sur la Place fédérale, un colloque d'experts, une exposition, une nuit des étoiles, et même un concours de fusées.

Durant ces festivités prévues du 28 au 30 juin, l'entrée sera gratuite à l'exposition qui s'est ouverte mercredi au Musée historique de Berne, «Bern auf dem Mond». Divers objets et documents d'époque y sont montrés et des attractions interactives proposées jusqu'au 6 octobre. (ats/nxp)

Créé: 20.06.2019, 13h14

Articles en relation

Près de Soleure, on se souvient bien d'Apollo 11

«Mission lunaire» de 1970 En juillet, le monde célébrera les 50 ans des premiers pas sur la Lune. A Gretzenbach (SO), des astronautes en herbe avaient décidé en 1970 de reproduire le vol d'Apollo 11. Plus...

Du matériel suisse a été utile aux missions d'Apollo

Espace Le savoir-faire helvétique a contribué au succès de plusieurs missions d'Apollo, qui ont permis à un humain de mettre le pied sur la Lune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.