Berne ne participera pas à «Cargo sous terrain»

TransportsPour la Confédération, ce système de trains enterrés pour le fret de marchandises doit être entièrement financé par le secteur privé.

Le concept prévoit des véhicules automoteurs, sans conducteur, qui se déplaceraient à 30 km/h.

Le concept prévoit des véhicules automoteurs, sans conducteur, qui se déplaceraient à 30 km/h. Image: LOGLAY/NITIN DESIGN/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet «Cargo sous terrain» (CST) de transport de marchandises est «passionnant», selon le directeur suppléant de l'Office fédéral des transports (OFT) Pierre-André Meyrat. Mais il n'a de chances que s'il est entièrement financé par le secteur privé, et la Confédération n'y participera donc pas.

Dans une interview à paraître jeudi dans la «Handelszeitung», Pierre-André Meyrat ajoute que Berne n'octroiera les autorisations requises que si la rentabilité du projet est démontrée, incluant les risques potentiels. Selon lui, CST doit correspondre aux besoins de la branche.

L'OFT a mandaté une étude afin d'analyser le projet en termes d'utilité pour l'économie publique. Ses conclusions détermineront le rôle futur de la Confédération. Sur le principe, le directeur suppléant se dit séduit par cet effort de l'économie privée pour décharger les réseaux existants.

Réalisable et rentable

CST, qui vise à transférer le transport de marchandises de la route dans des tunnels, coûterait plusieurs milliards de francs. Un consortium d'entreprises privées y travaille depuis deux ans et ses promoteurs ont présenté mardi une étude de faisabilité qui montre que «Cargo sous terrain» est réalisable techniquement et rentable.

Concrètement, il s'agirait de creuser un réseau de tunnels de six mètres de diamètre à 50 mètres sous la surface. Ils seraient équipés de trois voies. Les marchandises seraient placées dans des conteneurs ou sur des palettes transportés sur des véhicules automoteurs et sans conducteur circulant à 30 km/h.

Plusieurs entreprises, qui sont aussi des utilisateurs potentiels de ce nouveau système de transport de marchandises, sont derrière CST. La Communauté d'intérêt du commerce de détail suisse (CI CDS) avec Migros, Coop, Manor et Denner, ainsi que CFF Cargo, Rhenus Logistics, Swisscom ou La Poste font notamment partie du consortium. (ats/nxp)

Créé: 27.01.2016, 21h06

Articles en relation

Un métro pour «révolutionner» le transport de marchandises

Innovation Un tunnel souterrain devisé à 3,5 milliards pourrait voir le jour en 2030 à Zurich. Avant de s’étendre au reste du pays. Plus...

Bientôt le transport de marchandises sous terre?

Suisse Dès 2030, les marchandises pourraient être transportées via des tubes spéciaux entièrement dédiés. Coût estimé: 3,5 milliards de francs pour un premier tronçon de 66 km. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.