Berne pourrait acheter plus d'avions de combat

SuisseLes tarifs accordés à la Belgique pour renouveler ses avions de combat montrent que les prix ont nettement baissé. La Suisse pourrait ainsi acquérir davantage d'appareils que prévu.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le DDPS attend d'ici la fin janvier 2019 les offres des constructeurs pour les avions de combat multi-rôles destinés à prendre la relève des Tigers et des F/A-18. Ce montant devra comprendre la logistique ainsi que les armes guidées.

Selon un rapport d'experts, le DDPS a établi ses estimations sur un prix de 200 millions par appareil, rappelle la Neue Zürcher Zeitung (NZZ). A ce tarif, la Suisse pourrait se permettre des avions de cinquième génération comme le F-35A, estime le journal zurichois qui se base sur le prix de ces engins achetés par la Belgique.

Des prix inférieurs aux 200 millions de francs

Les forces aériennes du plat pays ont obtenu leurs avions furtifs au prix de 135 millions de francs la pièce, soit 34 unités pour un total de près de quatre milliards d'euros. Cette somme comprend l'entraînement des pilotes, la construction de sites de logistique comme des hangars ainsi que la maintenance jusqu'en 2030. Le DDPS se refuse à comparer puisqu'il ne sait pas quels systèmes embarqués équipent ces avions.

A titre de rappel, la Suisse avait négocié un prix unitaire de 140 millions de francs pour les 22 Gripen qu'elle comptait acquérir avant la votation de 2014. Le DDPS souligne qu'il avait obtenu à l'époque une «offre extrêmement avantageuse». Tout comme la Belgique visiblement.

Les Pays-Bas ont également commandé des F-35A, obtenant ses 37 appareils à un prix inférieur à 150 millions de francs par unité. Le gouvernement hésite encore sur l'achat de 30 appareils supplémentaires. Le F-35A équipe également les forces aériennes norvégiennes et danoises. Copenhague a ainsi obtenu 27 avions à un prix inférieur à celui des Belges.

Un avantage que la Suisse n'a pas

Selon la NZZ, si le DDPS parvient à obtenir des F-35A au prix consenti à ces pays avec des systèmes comparables, la Suisse pourra s'offrir plus d'appareils que prévu. Berne a bien entendu esquissé plusieurs scénarios mais le plus réaliste consiste à investir six milliards de francs suisses dans l'acquisition d'avions de combat et deux milliards pour le futur système de défense anti-aérienne au sol. Avec cette somme, la Suisse compte acquérir une trentaine d'avions de combat.

Rien ne dit toutefois que le DDPA pourra obtenir les mêmes conditions très avantageuses qu'ont eu les Belges, les Danois, les Norvégiens ou encore les Néerlandais pour leurs F-35A. Ces pays bénéficient d'un avantage que la Suisse n'a pas: ils font partie de l'OTAN, même si tous n'ont pas participé au financement du programme F-35.

Créé: 12.11.2018, 09h38

Articles en relation

Macron tacle la Belgique sur l'achat d'avions

Europe Le président français «regrette» l'achat de F-35 par ses voisins, «contraire aux intérêts européens». Plus...

Avions de combat: l'appel d'offre suisse est lancé

Armée Le Département de la défense a transmis vendredi sa première demande aux autorités françaises, allemandes, suédoises et américaines. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.