Berne sonne la charge contre le service civil

ArméeFace à des effectifs militaires qui ne cessent de diminuer, le Conseil fédéral veut faire baisser le nombre de civilistes.

Selon le Conseil fédéral, l'augmentation du nombre de civilistes met en péril les effectifs de l'armée.

Selon le Conseil fédéral, l'augmentation du nombre de civilistes met en péril les effectifs de l'armée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’histoire à succès du service civil connaîtra-t-elle un coup d’arrêt brutal? Le Conseil fédéral a décidé ce mercredi d’intervenir pour réduire «substantiellement» le nombre d’admissions. Ce qui gêne le gouvernement n’est pas tant son attrait que ses effets collatéraux. Tous ces jeunes manquent à l’appel pour servir sous les drapeaux. «Le service civil est l’un des facteurs qui influent sur les effectifs de l’armée, note le Conseil fédéral. Il est nécessaire de prendre des mesures.»

Le gouvernement n’annonce pas d’objectifs chiffrés de réduction – pas plus que l’Organe d’exécution du service civil, qui reste lui aussi muet – mais rappelle que les admissions augmentent chaque année. Si le nombre de civilistes a pris l’ascenseur, c’est surtout depuis la suppression de l’examen de conscience en 2009. Cette situation inquiète les défenseurs de l’armée. Le Conseil national a ainsi adopté en juin une motion pour réduire l’attrait du service civil, en allongeant sa durée. Selon ce texte, qui doit encore passer devant les États, les astreints ayant commencé une école de recrues et qui souhaitent passer au service civil ne pourraient déduire que la moitié des jours effectués au sein de l’armée.

Cliquez ici pour agrandir

Éviter les changements

Pour stabiliser la courbe – voire la faire redescendre –, le Conseil fédéral veut lui aussi agir sur les personnes qui bifurquent en cours de chemin. L’an dernier, 40% des nouveaux admis au service civil étaient des soldats qui avaient déjà effectué des obligations militaires. En fixant un nombre minimum de 150 jours de service civil à effectuer, il veut ainsi «décourager» ceux qui ont servi au sein de l’armée à la quitter. Autre mesure contraignante: l’instauration d’un délai d’attente de douze mois pour les militaires déposant une demande après l’école de recrues.

Le coup de frein du gouvernement n’est pas une surprise. La barricade du service civil tremble depuis des mois sous les coups de boutoir de la droite. «C’est le moment!» s’exclame d’ailleurs le conseiller national Yannick Buttet (PDC/VS). Aujourd’hui déjà, il est rare que les effectifs soient «complets et suffisants», note le haut gradé. «Quand des manifestations sportives nous demandent un appui, cela devient toujours plus compliqué de le fournir.» Et même si l’armée va passer à 100 000 hommes, il faudra une réserve de 140 000 soldats pour assurer cet effectif. Bref, le risque de manquer de personnel est «réel».

«La troupe est vitale»

Le Valaisan salue notamment les propositions pour éviter que des soldats ne changent leur fusil d’épaule après l’école de recrues. «Dans un tel cas, ils ne peuvent pas dire que c’est une question de conscience. Certaines recrues passent leur permis poids lourds puis demandent à passer au service civil!» Le problème ne vient-il pas de l’armée, qui n’arrive plus à intéresser? «Des mesures ont été prises, notamment pour faire reconnaître dans le civil les formations militaires. Mais se trouver au milieu de la nuit en février à faire la garde aux Grisons en marge du WEF ne sera jamais sexy. On ne peut pas juste consommer et regarder son intérêt personnel.»

«Le service civil doit rester une solution pour les cas de conscience», renchérit Raymond Clottu (UDC/NE). Il ajoute que la troupe est «vitale pour assurer la sécurité du pays et des infrastructures. Le jour où l’armée devra par exemple venir en appui des cantons parce qu’il y aura eu une série d’attentats, il faudra des gens bien formés et des effectifs.»

«Déplorable»

Pour Lisa Mazzone (Les Verts/GE), cette annonce est au contraire «déplorable» et porte atteinte au service civil. «Celui-ci est une fois et demie plus long que l’armée, ce qui est déjà une pénalité alors que l’objection de conscience est un droit.» Également coprésidente de la Fédération suisse du service civil (Civica), elle ajoute: «Les possibilités d’affectation ne cessent d’augmenter, ce qui prouve le rôle que les civilistes jouent dans notre société, notamment pour apporter des soins aux aînés ou pour soutenir des paysans.»

«On pénalise des gens qui se mettent au service de la population en réalisant des choses concrètes», ajoute Pierre-Alain Fridez (PS/JU). Les difficultés de l’armée? «De mon point de vue, 70 000 hommes suffiraient, avec des objectifs liés aux risques actuels et en donnant plus de moyens aux gardes-frontière et aux policiers.» À gauche, on estime que c’est à la grande muette de se remettre en question. «Visiblement, elle ne réussit pas à convaincre de son utilité», note Lisa Mazzone. Pour elle, le tour de vis annoncé risque surtout d’augmenter le nombre de réformés. Et de conclure: «L’armée devrait s’interroger sur son fonctionnement plutôt que d’attaquer le service civil.» (24 heures)

Créé: 16.11.2017, 08h49

Articles en relation

La droite part à l’assaut du service civil

Affaires militaires A Berne, la majorité bourgeoise du parlement tente de réduire par tous les moyens le nombre de civilistes afin de garantir les effectifs de l’armée. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...