Berne veut attaquer Abuja pour un tanker immobilisé

NigeriaLa Suisse envisage de poursuivre le Nigeria devant le Tribunal international du droit de la mer de l'ONU car le pays détient le pétrolier San Padre Pio battant pavillon suisse.

Le Tribunal maritime international siège à Hambourg, en Allemagne.

Le Tribunal maritime international siège à Hambourg, en Allemagne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Confédération s'active à libérer le pétrolier San Padre Pio battant pavillon suisse, qui est détenu par les autorités nigérianes depuis plus d'un an. Pour la Suisse, la confiscation du navire viole le droit en la matière et Berne envisage donc de poursuivre le Nigeria devant le tribunal maritime international.

Une grande partie de l'équipage du San Padre Pio a été libérée. Quatre officiers ukrainiens sont toutefois toujours à bord, a expliqué dimanche le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), confirmant une information de la «SonntagsZeitung».

Ces quatre officiers patientent dans des conditions difficiles dans la baie du Biafra. De plus, le navire et son fret perdent constamment de la valeur. En conséquence, les entreprises touchées subissent des dommages croissants. Ces derniers mois, la Suisse a pris de nombreuses mesures diplomatiques pour obtenir la libération des officiers et du navire, mais sans succès.

Pour la Suisse, la confiscation du navire viole le droit. Le Conseil fédéral a ainsi décidé que la Suisse devait défendre ses intérêts par «tous les moyens nécessaires». Cela inclut le dépôt d'une plainte auprès du Tribunal international du droit de la mer de l'ONU. (ats/nxp)

Créé: 31.03.2019, 12h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.