Glyphosate: ses valeurs limites bientôt relevées?

SuisseLe Conseil fédéral prévoit d'assouplir les valeurs limites de 25 pesticides, selon la télévision alémanique. Elles pourraient même être multipliées par 100.

Le roundup, célèbre herbicide très contesté en Suisse et au sein de l'UE.

Le roundup, célèbre herbicide très contesté en Suisse et au sein de l'UE. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 6 septembre 2017, le Conseil fédéral a adopté le plan d’action visant à la réduction des risques et à l’utilisation durable des produits phytosanitaires. Les risques devront être divisés par deux et les alternatives aux pesticides devront être encouragées. Mais dans les faits, c'est tout le contraire qui pourrait se produire, selon «Rundschau» de la télévision alémanique qui doit être diffusée ce mercredi soir à 20h05.

Selon l'émission qui a pu lire un document interne de la nouvelle ordonnance sur la protection des eaux, le projet montre que le Conseil fédéral veut augmenter massivement la valeur limite de 25 pesticides. La limite supérieure absolue pour certaines substances toxiques dans l'eau pourrait être de 10 microgrammes par litre contre 0,1 aujourd'hui. Et ce dès janvier prochain, rapporte 20 Minuten.

Multipliées par 100

Ce qui signifie que les quantités de glyphosate, l'herbicide controversé en raison de son potentiel cancérigène, pourraient être multipliées par 100, tout comme pour de nombreux autres produits phytosanitaires. Avec la conséquence que tous ces produits se retrouvent dans les eaux et les rivières du pays.

«C'est inacceptable! Nous avons besoin de valeurs limites plus basses et certainement pas plus élevées», critique la conseillère nationale verte libérale Tiana Moser dans l'émission. Déjà aujourd'hui, de plus en plus d'insectes et d'oiseaux meurent en raison des grosses quantités de pesticides, souligne-t-elle. Le conseiller national socialiste Beat Jans ne comprend pas non plus ce revirement. «Cela contredit tout ce que le Conseil fédéral a dit sur ce sujet», dit-il. Et il critique lui aussi: «Je trouve ce projet pour le moins imbécile».

«Relativement peu toxiques»

Pour d'autres politiciens, cela ne pose pas de problème. Dans le cas du glyphosate, une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé qu'il pouvait être cancérigène. Mais des études menées depuis n'ont pas toutes confirmé ces conclusions. «Une fois cette question clarifiée scientifiquement, je ne vois aucun problème», estime le conseiller national PLR Christian Wasserfallen. «Si l'Office fédéral de l'environnement affirme que ce n'est pas un problème, je le crois», affirme lui aussi le conseiller national UDC Werner Salzmann.

Interrogé par 20 Minuten, l'Office fédéral de l'environnement n'a pas voulu commenter l'affaire, car il s'agit d'une procédure en cours. Dans le rapport explicatif de la révision, l'OFEV indique que ces substances sont «relativement peu toxiques» et que les nouvelles valeurs limites ont été calculées scientifiquement et conformément aux normes internationales. La protection des végétaux, organismes vivants et micro-organismes sensibles est garantie, poursuit le rapport interne.

Une initiative populaire déposée

Pour rappel, le peuple devra se prononcer sur l’interdiction des pesticides de synthèse en Suisse. Une initiative populaire lancée en novembre 2016 a abouti et a été déposée ce printemps à la Chancellerie fédérale.

En outre, l'Union européenne (UE) a décidé l'an dernier de prolonger de cinq ans sa licence pour le glyphosate, jusqu'en 2022, 18 des 28 États membres de l'UE ayant voté en sa faveur. Mais l'UE a autorisé ses membres à décider éventuellement d'imposer des restrictions à l'utilisation de cette substance au niveau national. Des organisations écologistes, dont Greenpeace, réclament l'interdiction totale de l'herbicide en Europe. Monsanto, le fabricant du produit, insiste lui sur le fait que cet herbicide répond aux normes de l'UE.

Créé: 19.09.2018, 09h32

Articles en relation

Les Verts vaudois ravis du verdict anti-Roundup

Ecologie Après la condamnation du glyphosate par la justice californienne, les écologistes jubilent. L’UDC craint en revanche le pire. Plus...

Glyphosate: Monsanto condamné, Bayer se défend

Etats-Unis Monsanto devra payer 290 millions de dollars à un jardinier atteint d'un cancer développé après usage du Roundup. Bayer, propriétaire du géant de l'agrochimie, se défend. Plus...

Le premier procès du Roundup va démarrer

San Francisco Un tribunal américain se penche à partir de lundi sur la dangerosité du désherbant au glyphosate de Monsanto. Plus...

Le Conseil d'État veut diminuer le glyphosate

Canton de Vaud Tous les domaines viticoles, agricoles et arboricoles de l’État devront renoncer totalement au glyphosate dès 2022. Plus...

Berne ne veut pas interdire le glyphosate

Herbicides Le Conseil fédéral estime que les concentrations de glyphosate mesurées sont si faibles qu'elles ne présentent pas de danger pour le consommateur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.