Berne veut 13 milliards pour les routes nationales

SuisseLe Conseil fédéral a dévoilé comment il veut désengorger les routes nationales. Il souhaite aussi 1,12 milliard pour les projets d'agglomération de la 3e génération.

Doris Leuthard est la conseillère fédérale responsable de ces travaux d'envergure.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trente-deux agglomérations devraient se partager 1,12 milliard de francs dès 2019 pour résoudre leurs problèmes de circulation et de trafic. Le Conseil fédéral a lancé mercredi la consultation sur les projets d'agglomération de la troisième génération.

Les crédits iront à des projets coordonnant le développement des modes de transport et de l'urbanisation au-delà des limites communales, cantonales ou nationales. Les projets devront être réalisés et financés dans les quatre ans. La Confédération assumera entre 30% et 50% des coûts d’investissement.

Au total, 37 des 55 villes et agglomérations de Suisse ont remis un projet d’agglomération à la Confédération pour un montant de 6 milliards de francs environ. Plus un projet a d'effet, plus importante sera la contribution qui lui reviendra, a expliqué la conseillère fédérale Doris Leuthard à la presse.

Dans les grandes agglomérations, la majeure partie des fonds fédéraux sont destinés aux transports publics. Dans les entités moyennes et petites, l'accent est mis sur l'amélioration de la fluidité du trafic.

Métro de Lausanne

Parmi les projets majeurs retenus par le Conseil fédéral figure la réalisation d'une étape supplémentaire du métro lausannois. L'agglomération Lausanne-Morges bénéficiera à cet effet d'une contribution maximale de la Confédération de 132,07 millions de francs, soit 35% du montant.

S'y ajoutent la deuxième étape du Limmattalbahn, entre Schlieren (ZH) et Killwangen (AG) pour 207,43 millions de francs au maximum, ainsi qu'un ensemble de projets servant la mobilité piétonne et cycliste dans l’agglomération de Saint-Gall - Lac de Constance et le prolongement d'une ligne de tram à Berne.

Les projets retenus sont ceux qui contribuent à résoudre les problèmes majeurs de circulation et représentent un bon rapport coûts-efficacité. Il faut aussi qu'ils puissent être mis en oeuvre dans les quatre ans, a ajouté Mme Leuthard. Aux cantons, villes et communes de contribuer à l'avancée des projets.

2008 déjà

La Confédération soutient le Programme en faveur du trafic d'agglomération depuis 2008. Le Parlement a déjà accordé 5,7 milliards de francs aux villes concernées. Le montant a été puisé dans le fonds d'infrastructure, limité dans le temps. Les programmes des première et deuxième générations ont permis de réaliser des projets qui n’auraient pas pu être financés ou mis en oeuvre sans soutien fédéral.

Le nouveau Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA), accepté l'année dernière par le peuple, assurera le financement des projets de la troisième génération. Un relèvement de 4 centimes de la surtaxe sur les huiles minérales ne devrait pas être nécessaire jusqu'en 2023.

La consultation sur le programme de la troisième génération dure jusqu’au 30 avril 2018. Le Parlement décidera ensuite s'il alloue ou non les montants prévus.

Genève et Jura surpris et irrités

Avant même de s'exprimer dans le cadre de la procédure de consultation, les cantons de Genève et du Jura ont exprimé mercredi leur surprise en découvrant le projet fédéral. Le second parce qu'il se voit carrément écarté du programme et le premier parce que son enveloppe est au moins divisée par cinq par rapport aux deux premières.

Comme le Conseil fédéral ne soutient pas le projet d'agglomération de 3e génération de Delémont, le canton du Jura se trouve totalement absent du programme en faveur des projets d'agglomération. C'est «totalement inattendu», écrit le gouvernement jurassien, «irrité et déçu», dans une prise de position. Rien jusqu'à présent ne laissait présager, selon lui, que le canton du Jura serait totalement écarté de cet important programme de subventions fédérales.

Le Conseil d'Etat genevois est quant à lui surpris de voir la contribution fédérale réduite d'un tiers pour l'ensemble du projet 2019-22, et divisée par cinq environ, à 38,8 millions de francs, pour sa partie genevoise. Et l'exécutif genevois de regretter aussi que la Confédération n'a retenu qu'un sixième de tous les projets de mobilité proposés pour la période.

Autre canton romand à avoir fait part de sa position sans tarder, celui de Fribourg se réjouit au contraire. Le Conseil fédéral y soutient deux projets d'agglomération, soit de 33,7 millions de francs pour Fribourg et de 9,7 millions pour Bulle. Derrière ce soutien, c'est toute une stratégie de coordination entre urbanisation et transports régionaux qui est ainsi confortée et qui pourra être mise en oeuvre sur la période 2019-2023, écrit le Département cantonal compétent. (ats/nxp)

Créé: 17.01.2018, 11h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...