Berne veut retrouver le bonheur des trains de nuit

TransportsLe Conseil-exécutif bernois engage des démarches pour développer l'offre ferroviaire nocturne.

Un sondage publié en juin confirme l'attrait croissant pour les trains de nuit.

Un sondage publié en juin confirme l'attrait croissant pour les trains de nuit. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement bernois est prêt à s'engager en faveur d'une offre de trains de nuit au départ de la capitale. Il est ainsi disposé à contacter les chemins de fer autrichiens (ÖBB), leader en Europe dans ce domaine. Sa démarche suscite l'intérêt du canton de Fribourg.

Dans sa réponse à une motion socialiste, le Conseil-exécutif bernois affirme qu'il est disposé à rechercher le dialogue avec les chemins de fer autrichiens et les CFF. Il entend notamment s'informer sur leurs intentions de développer l'offre ferroviaire nocturne. Mais il n'est pas question d'une participation financière de l'Etat. Le financement de liaisons internationales et partant des trains de nuit est du ressort des entreprises ferroviaires et pas une tâche de la Confédération ni des cantons.

Les motionnaires estiment que si le Conseil-exécutif s'engage en faveur d'une offre de trains de nuit avec les villes européennes, il offrirait à la population un modèle de voyages respectueux de l'environnement. Il renforcerait aussi la position du canton de Berne comme destination touristique.

Plus de trains de nuit

Il n'existe plus de liaisons nocturnes dans le canton de Berne. Le dernier train de nuit a quitté Thoune le 6 avril 2013, à destination de Zurich-Bâle-Amsterdam. La liaison Zurich-Berne-Barcelone a été supprimée fin 2012 déjà. Aujourd'hui, les voyageurs doivent se rendre à Bâle ou à Zurich pour emprunter un train de nuit.

Les sociétés de chemin de fer ont avancé des raisons économiques pour supprimer les trains de nuit. La concurrence que représentent les vols à bas prix et l'apparition des trains à grande vitesse a conduit à une baisse de la demande. Les CFF se sont retirés totalement de ce marché en 2012.

Cette tendance au démantèlement des trains internationaux de nuit a été générale en Europe occidentale sauf en Autriche où la société des chemins de fer autrichiens a maintenu son réseau et l'a même développé. ÖBB exploite actuellement 26 lignes dont plusieurs au départ de Zurich.

Demande en hausse

Mais la tendance semble s'inverser. Plusieurs initiatives ont été lancées récemment pour appeler à la réhabilitation du système de trains de nuit internationaux. La demande pour utiliser ce mode de transport est renforcée par la sensibilisation croissante aux problèmes climatiques.

Un sondage publié le mois dernier par l'Association transports et environnement (ATE) confirme cet attrait croissant pour des liaisons internationales avec des trains de nuit: 60% de la population voyagerait volontiers ainsi en Europe. Les CFF ont indiqué en mai qu'ils examinaient un aménagement de l'offre de trains de nuit.

Le gouvernement bernois pourrait bénéficier du soutien du canton de Fribourg. Dans une réponse à deux députés, le Conseil d'Etat affirme qu'il prendra contact avec son homologue bernois pour lui proposer d'être associé aux réflexions sur le développement de lignes internationales de nuit. Pour autant que la motion soit acceptée. (ats/nxp)

Créé: 19.07.2019, 10h54

Articles en relation

Les Suisses plébiscitent bus et trains

Transports longue distance Un Suisse sur trois souhaite moins prendre l’avion, voire s’en passer. Le succès de Flixbus et le retour du train en sont la preuve. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.