Passer au contenu principal

Berne ne veut pas que le sexe du bébé mène à l’avortement

Le National examine un projet visant à interdire que les couples sachent avant la 12e semaine s’ils auront une fille ou un garçon.

Un test non-invasif permet de déterminer le sexe du bébé dès la 9e semaine.
Un test non-invasif permet de déterminer le sexe du bébé dès la 9e semaine.
Keystone

Des futurs parents qui veulent absolument un enfant d’un sexe plutôt que de l’autre, les médecins en rencontrent. «Ce sont en général des personnes venant d’autres cultures. Et quand on me pose des questions à ce sujet, c’est plutôt parce que la préférence est donnée au garçon», témoigne Dorothea Wunder, gynécologue au Centre de procréation médicalement assistée à Lausanne. Il y a quelques années, seuls les échographies ou des tests génétiques invasifs permettaient de répondre à cette question. Et cela n’était guère possible avant la 11e semaine de grossesse. Mais l’arrivée de nouvelles technologies a changé la donne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.