Passer au contenu principal

Pour Berset, l'inégalité salariale est un scandale

Le président de la Confédération n'a pas mâché ses mots mardi lors de son discours du 1er Mai à Sion sur le thème de l'égalité.

«C'est vraiment un des plus grands scandales qu'il y a aujourd'hui dans notre pays», a clamé Alain Berset lors de son discours.

«Il ne devrait pas y avoir de travail sans égalité salariale», a estimé le conseiller fédéral. La différence de salaire est de 17%. Même si des critères objectifs peuvent en expliquer une part, le reste ne s'explique pas. «Nous devons agir», a dit Alain Berset.

Lancée il y a trois ans, la charte pour l'égalité salariale est une bonne manière d'aller dans ce sens. Plusieurs cantons l'ont signée ainsi que de nombreuses communes. «Ce n'est pas la révolution, mais ça permet d'avancer», a estimé le conseiller fédéral en constatant que le chemin est difficile. Même le modeste programme du Conseil fédéral pour que les entreprises analysent l'égalité est combattu.

Sauver l'AVS

L'assurance-vieillesse a été l'autre volet du discours du président de la Confédération. Si la grève de 1918 a lancé le combat pour l'obtention de l'AVS, «aujourd'hui on est confronté à son sauvetage. Ce n'est pas un combat gagné d'avance», a dit Alain Berset.

La Suisse compte 2,5 millions de rentiers. Dans dix à quinze ans, ils seront 4 millions. «Ce droit à la rente doit aussi valoir dans quinze ans», a dit le conseiller fédéral. Il a estimé que les institutions sociales sont à la base du succès économique de la Suisse.

Une Suisse plus sociale, plus juste est possible. «Mais elle ne se fera pas sans que nous nous engagions fortement pour cela», a conclu le président de la Confédération.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.