Bientôt des ceintures de sécurité dans les trains

Poisson d'avril;)Les accidents se succèdent sur le réseau ferroviaire suisse. Les CFF vont tester ceintures et airbags cette année.

Le modèle dont les CFF envisagent d’équiper leurs wagons est le même que celui utilisé dans les cars postaux.

Le modèle dont les CFF envisagent d’équiper leurs wagons est le même que celui utilisé dans les cars postaux. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment améliorer la sécurité des passagers dans les trains suisses? La question se pose avec insistance après les accidents à répétition qui ont touché le réseau ferroviaire national ces derniers mois. Deux déraillements sont survenus en une semaine, à Lucerne puis à Berne. Lucerne où treize passagers avaient déjà été blessés dans une collision en juillet 2016. Depuis 2003, le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) a comptabilisé près de 130 déraillements dans le pays, notait vendredi le Tages-Anzeiger.

Tests d'ici cet été

Pour le journal alémanique, il importe de remédier à l’usure des rails, sollicités par un trafic toujours plus important. Mais les CFF explorent une autre piste: l’installation de ceintures de sécurité et d’airbags dans les trains circulant sur les grandes lignes. Ce dispositif constituerait une première mondiale. Son efficacité sera testée «avant l’été, sur un tronçon encore à définir», indique Jean-Claude Fishman, chef de projet aux CFF.

N’est-ce pas aller trop loin pour des incidents qui, dans la plupart des cas, n’entraînent que des perturbations de trafic? Jean-Claude Fishman rappelle que les conséquences s’avèrent parfois dramatiques. On se souvient de la collision de Granges-Marnand, en 2013, qui avait fait un mort et 26 blessés. L’année suivante, un voyageur était également décédé à Tiefencastel (GR), lorsqu’un train avait déraillé en raison d’un glissement de terrain. «Nous espérons qu’une meilleure protection de nos clients permettra d’atténuer les risques», insiste le chef de projet, en rappelant que les CFF ont transporté 1,25 million de voyageurs par jour en 2016.

En 2007, le très sérieux organisme britannique Rail Safety & Standards Board avait conclu dans une étude que des ceintures de sécurité auraient plutôt tendance à accroître le risque de blessure en cas d’accident grave. L’ingénieur suisse s’appuie, lui, sur l’expérience positive menée par CarPostal, dont tous les autocars sont désormais équipés de tels systèmes. C’est d’ailleurs le même modèle – à trois points de fixation – qui sera mis à l’épreuve, alors que l’étude anglaise se focalisait sur des ceintures à deux attaches – comme dans les avions.

Airbags en 1re classe

Le port de cette ceinture pourrait-il devenir obligatoire? Selon les CFF, la question est en cours d’examen à l’Office fédéral des transports. En l’état actuel du projet, les clients voyageant en 1re classe en seraient de toute façon dispensés, puisqu’ils bénéficieraient des airbags que l’ex-régie fédérale envisage d’installer. «Cette option devra toutefois être confirmée au terme de la phase d’essai, car elle est bien plus onéreuse», admet Jean-Claude Fishman. De même, le coût global de l’opération reste à préciser. Il s’agirait d’équiper près de la moitié des quelque 1872 voitures de 1re et de 2e classes dont disposent actuellement les CFF.

Le débat promet d’être vif parmi les usagers. Mis au courant dans un train bondé de la ligne du Simplon, un pendulaire régissait ainsi vendredi soir: «Des ceintures de sécurité dans les trains? Pourquoi pas. Mais il faudrait déjà trouver de la place pour s’asseoir…» (24 heures)

Créé: 01.04.2017, 08h45

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...