Bientôt un plan national contre la radicalisation

SécuritéPour André Duvillard, délégué au Réseau national de sécurité, la Suisse doit passer la vitesse supérieure.

André Duvillard, Délégué au Réseau national de sécurité.

André Duvillard, Délégué au Réseau national de sécurité. Image: LUKAS LEHMANN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il faut passer à la vitesse supérieure!» Pour le délégué au Réseau national de sécurité, André Duvillard, il est temps que la Suisse se dote d’un plan national d’action contre la radicalisation. Il prépare d’ailleurs un rapport dans ce sens. Une décision devrait être prise à la mi-septembre par les instances politiques concernées de la Confédération et des cantons.

Pour faire face au phénomène de la radicalisation touchant de nombreux pays dont la Suisse, les autorités en charge de la Sécurité ne peuvent pas agir seules. En juillet, un état des lieux en Suisse des mesures de prévention de la radicalisation a été publié, portant sur l’éducation, la religion, le social, l’intégration, l’exécution des peines. «Ce rapport était un premier objectif, qui permettait aux cantons de s’inspirer des bonnes pratiques. Au moment où nous avons commencé les travaux, nous ne voulions pas froisser les cantons. Mais, avec les événements qui sont survenus ces dernières semaines en France et en Allemagne, nous nous rendons compte que la problématique va nous occuper pendant des années», explique son auteur, André Duvillard.

Comment aller plus loin qu’un simple catalogue de bonnes pratiques? «Des discussions ont commencé la semaine passée pour les mettre en œuvre, ce qui pourrait prendre la forme d’un plan national d’action contre la radicalisation, à l’image d’autres pays comme la France et la Norvège. La décision sera prise d’ici à la mi-septembre par les milieux politiques.» La délégation de la Sécurité du Conseil fédéral se prononcera, tout comme les Conférences intercantonales de justice et police, des affaires sociales et de l’éducation.

«Il y a une volonté d’aller dans cette direction. La Suisse ne pourra pas faire l’économie d’un tel plan», insiste André Duvillard. Qu’apportera-t-il? «Même si ce plan ne sera pas contraignant pour les cantons, reconnaît-il, il sera plus précis sur ce qu’il faut mettre en place pour prévenir la radicalisation, mais aussi pour déradicaliser.»

La question touche à des domaines si différents que tous les acteurs de la société sont concernés. «Cette question nécessite des collaborations inhabituelles entre les acteurs, avec tous les défis que cela représente. L’échange d’informations ne veut pas dire délation. Il y a un changement de mentalité à opérer», relève André Duvillard. Et de citer un exemple danois mis en place en 2007 après les attentats de Londres et adapté depuis les événements en Syrie. Le «Modèle Aarhus» repose sur une collaboration atypique entre les services sociaux, l’école et la police, avec des intervenants aussi divers que des policiers, des assistants sociaux, des psychologues, des tuteurs, parmi lesquels des musulmans.

Le plan s’accompagnera-t-il d’une enveloppe budgétaire? «Ce sera l’un des enjeux de la discussion.» Des voix s’élèveront certainement pour demander à la Confédération un soutien similaire à celui apporté au programme national de prévention Jeunes et violence. Dans ce cadre-là, les cantons ont pu bénéficier d’un réseau pour élaborer des projets adaptés à leurs problématiques de violence. Lancé en 2011, il a été supprimé en 2015.

Créé: 17.08.2016, 19h42

Articles en relation

Berne rend sa copie sur la prévention du djihadisme

Antiterrorisme Le Réseau national de sécurité a publié une série de recommandations pour contrer la radicalisation. Plus...

Les djihadistes partis de Suisse ont augmenté

Terrorisme 76 personnes ont quitté le territoire pour faire le djihad, soit deux de plus que lors du dernier recensement mi-mai. Plus...

Fedpol pourrait surveiller les voyageurs du djihad

Terrorisme Le Conseil fédéral propose d'accepter la motion du conseiller national Marco Romano (PDC/TI). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.