Pour le «Blick», les Romands sont douillets

SantéLes Romands prennent nettement plus de médicaments que les habitants de Suisse centrale, comme le montre une étude.

Il existe de grosses différences régionales dans la consommation de médicaments en Suisse.

Il existe de grosses différences régionales dans la consommation de médicaments en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le prix des médicaments n'est pas anodin dans le débat sur les coûts de la santé en Suisse, puisqu'il représente un cinquième de la facture. Et entre 2012 et 2015, les tarifs ont augmenté de 12% à 6,6 milliards de francs.

Rien qu'en 2015, la progression a été de 5,9% sur un an, soit un niveau nettement supérieur aux valeurs des dernières années, s'inquiète le groupe d'assurances Helsana dans son rapport sur les médicaments 2016.

Si les femmes ont retiré plus de médicaments que les hommes en 2015, les coûts par tête ne traduisent pas cette différence puisqu'une femme dépense en moyenne 1042 francs par an contre 1120 francs pour un homme.

Suisse centrale et orientale dure au mal

Et comme le souligne le Blick dans son édition du 7 décembre, il existe surtout de grosses différences entre les cantons. Ceux de Suisse centrale et orientale ne se ruent pas sur la pharmacie, avec comme conséquence des coûts en médicaments plus bas que la moyenne suisse.

La palme revient au canton d'Uri avec des frais inférieurs d'un quart. «Dans ces régions, les gens sont plus proches de la nature et plus durs au mal. Ils ne se précipitent pas chez le docteur à la moindre douleur», estime Christoph Meier, pharmacien en chef de l'hôpital universitaire de Bâle et co-auteur du rapport.

Les Romands aiment les médicaments

A l'autre bout du spectre, on retrouve... les cantons romands! Que ce soit à Genève, à Neuchâtel, dans le Jura ou encore dans le canton de Vaud, on y dépense nettement plus que le reste de la Suisse pour ses médicaments. «Les Romands se rendent plus facilement chez le docteur ou à l'hôpital. Ce doit être l'influence française», ajoute Christoph Meier.

Un constat renforcé par le fait que les deux demi cantons de Bâle affichent également des chiffres supérieurs à la moyenne suisse. Mais là, un facteur sociologique est également invoqué. «Les villes concentrent plus de centres de santé, ce qui influence fortement la demande. Zurich ne doit pas faire illusion, car la majeure partie du canton est agricole», poursuit le pharmacien en chef.

Quant à la consommation également supérieure au Tessin, elle s'explique par le fait que la population «y est plus âgée».

Et qu'achètent donc les Suisses? Les médicaments les plus achetés sont ceux contenant du paracétamol ou l’anti-inflammatoire Ibuprofen. Ils ont représenté un cinquième des achats en 2015 mais des coûts de 613,7 millions seulement. Soit nettement moins que les immunosuppresseurs, antiviraux, et anticancéreux dont la facture s'est élevée à 1,8 milliard de francs.

Créé: 07.12.2016, 14h07

Articles en relation

Davantage de médicaments «abordables»

Pharma Après le Kenya et l'Ethiopie, Novartis va faire bénéficier le Rwanda de son programme de prix préférentiels. Plus...

Les Suisses dépensent 450 millions en trop par an

Santé La faîtière des assureurs estime que les marges commerciales sur les médicaments sont trop élevées. Plus...

Des médicaments contre l'hépatite C pour tous?

Suisse L'OFSP envisage d'assouplir la limitation appliquée aux médicaments contre l'hépatite C, sans toutefois la lever. Plus...

Berne devrait pouvoir baisser le prix des médicaments

Santé Leur prix représente plus du double de ceux pratiqués dans les autres pays européens, déplore le Surveillant des prix. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.