Le Böög se trompe presque toujours

Fête populaireCe lundi à 18h, les Zurichois mettent le feu au Böög lors de la fête du Sechseläuten, afin de déterminer la météo de l'été. Une tradition bien ancrée, mais très peu fiable, selon une étude de Météosuisse.

Cette année, le Böög  est coiffé du célèbre «chapeau de Zwingli».

Cette année, le Böög est coiffé du célèbre «chapeau de Zwingli». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est le moment fort de la traditionnelle fête zurichoise «Sechseläuten»: ce lundi à 18 heures, le feu sera mis au bûcher sur lequel se dresse le célèbre Böög ou Bonhomme Hiver. Du temps que sa tête mettra à exploser dépendra la météo de cet été, selon une croyance populaire remontant au XVIe siècle.

La coutume veut que s'il explose en moins de 6 minutes, l'été sera radieux. De 6 à 10 minutes, couvert, pluvieux de 11 à 15 minutes, et franchement désastreux au-delà, jusqu'à l'apparition de flocons. En 2018, l'explosion avait eu lieu après 20 minutes et 31 secondes, or ce fut le deuxième été le plus chaud de l'histoire, provoquant l'assèchement de plusieurs lacs (dont celui des Brenets) et cours d'eau (comme le Doubs)...


À lire : Pourquoi brûle-t-on encore le Bonhomme Hiver?


Etude de Météosuisse

Le moins que l'on puisse dire est que le bonhomme de neige zurichois brille plus par son côté symbolique et festif que par l'exactitude de ses prévisions. Et c'est scientifiquement démontré: l'Office fédéral de la météorologie a mis en relation, pour chaque année de 1965 à 2005, la température moyenne de l'été et la durée de combustion du Böög correspondante, et il en ressort que l'analyse statistique aboutit à une corrélation de 0,08. «Un niveau aussi faible permet de conclure à la quasi-inexistence de tout lien entre les deux séries de données, et il est donc impossible de corroborer la pertinence de la prédiction du Böög».

La canicule de 2003

Pour sympathique que soit cette étude, il n'en demeure pas moins qu'on se doutait un peu du résultat. Mais l'être humain est ainsi fait qu'il aime croire au merveilleux, quitte à retourner le calcul des probabilités. Ainsi, la crédibilité du Böög a repris de poil de la bête en 2003. Cette année-là. Il avait achevé de se consumer en 5 minutes et 42 secondes, parfaitement aligné sur la fameuse canicule. Pour les amoureux des records, rappelons que le temps le plus court fut de 5 minutes et 7 secondes en 1974, et de 43 minutes et 34 secondes en 2016.

Les six coups de 18 heures

Pendant qu'il brûle, les cavaliers du cortège galopent autour de la place du Sechseläuten. Ceux-ci ont auparavant défilé dans la ville avec les guildes et corporations, arborant costumes et déguisements, à dos de cheval et parfois même de chameaux. Cette tradition remonte au XVIe siècle, à l'époque où il était de coutume de travailler jusqu'au coucher du soleil.

A l'arrivée des beaux jours, la chose devenait problématique, raison pour laquelle il fut décidé que le labeur s'arrêterait à 18h, très exactement au sixième coup sonné à l'église de Grossmünster. «Sechseläuten» signifie littéralement «carillon de six heures». Jusqu'en 1952, cette fête était célébrée le lundi suivant l'équinoxe de printemps, puis il fut décidé de la placer le troisième lundi d'avril. Sauf si celui-ci coïncide avec une semaine sainte, ce qui est le cas cette année, le 22 avril étant le Lundi de Pâques.

Créé: 08.04.2019, 12h43

Articles en relation

Le Bonhomme Hiver ne brûlera pas en 2019 à Yverdon

Manifestation Après le départ du président du comité d’organisation des Brandons, la Ville annonce qu’il n’y aura pas d’édition l’année prochaine Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.