Boom continu des demandes d'aide

Abus sexuelsL'envol du mouvement #metoo a augmenté les sollicitations aux associations d'aide aux victimes ces dernières semaines en Suisse.

Image: Archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n'y a pas que sur les réseaux sociaux et dans les médias que les langues se délient sur les abus sexuels. «Les demandes de nouveaux rendez-vous ont doublé» depuis le dernier trimestre 2017, indique vendredi à l'ats Lydiane Bouchet, psychologue et coordinatrice du Centre de consultation spécialisé dans le traitement des séquelles d'abus sexuels et d'autres traumatisme (CTAS), à Genève. Et pour l'heure, aucune baisse n'est perceptible.

«L'actualité a permis à pas mal de victimes de parler», explique Mme Bouchet. La vague coïncide avec l'affaire Weinstein et l'envol du mouvement «#metoo» sur les réseaux sociaux.

La psychologue précise que le début de l'hiver connaît généralement un pic des demandes, mais celui-ci s'estompe assez vite, ce qui n'est pas le cas maintenant. Le mouvement est si important que le CTAS devra engager une nouvelle personne.

Evolution à long terme

Une hausse a également été ressentie du côté de l'Espace de soutien et prévention abus sexuels (ESPAS), présente dans les cantons de Vaud, Valais et Fribourg. Elle se monte à 4,4% pour 2017, mais aurait été plus élevée si les structures de l'association avaient permis d'aider davantage de personnes, selon Marco Tuberoso, responsable prévention et formation à ESPAS.

A ses yeux toutefois, cette hausse s'inscrit dans une tendance à long terme. La société accepte plus facilement le sujet et les gens concernés osent davantage aller chercher de l'aide, constate-t-il.

Par ailleurs, les victimes sont plus souvent conscientes que ce qu'elles ont vécu n'est pas adéquat, explique M. Tuberoso. Le mouvement #metoo a contribué à cette évolution.

En Suisse alémanique aussi, la tendance est perceptible. L'association zurichoise Castagna, dédiée aux enfants et jeunes filles victimes d'abus sexuels, fait part vendredi d'une hausse de 10% des demandes en 2017, principalement sur deux vagues, l'une au printemps et l'autre à la fin de l'année.

Jürg Jegge avant Weinstein

Le second pic correspond au mouvement #metoo qui, même s'il concerne l'abus de femmes adultes, a pu avoir des répercussions chez les jeunes, estime Regula Schwager, psychologue chez Castagna. Mais c'est l'affaire Jürg Jegge qui a le plus favorisé les demandes d'aides.

En avril dernier - ce qui correspond au premier pic - un ancien élève du célèbre pédagogue zurichois avait publié un livre accusant M. Jegge d'abus sexuels. L'affaire a fait grand bruit et dans son sillage, Castagna a été sollicitée par de nombreux médias.

Les gens ont découvert notre association et le seuil de retenue a été réduit, analyse Mme Schwager. (ats/nxp)

Créé: 19.01.2018, 15h55

Articles en relation

La controverse renaît autour de Woody Allen

Harcèlement Le réalisateur américain, plusieurs fois accusé d'abus sexuels, est pris dans la tourmente de l'affaire Weinstein. Plus...

Des «porcs» défilent sur les podiums

Mode masculine Le hashtag #balancetonporc né de l'affaire Weinstein a inspiré un créateur belge. Plus...

Salma Hayek: «Harvey est mon monstre aussi»

Harcèlement sexuel L'actrice Salma Hayek accuse Harvey Weinstein d'humiliation et d'harcèlement, ce que le producteur dément formellement. Plus...

Nouvelle plainte collective contre Weinstein

Etats-Unis Six femmes ont déposé mercredi à New York une nouvelle plainte contre le producteur de cinéma et ses studios, pour crime organisé. Plus...

L'enquête Weinstein «avance»

New York La police new-yorkaise a assuré lundi que l'enquête criminelle contre le producteur Harvey Weinstein progresse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...