Le bostryche menace à nouveau les forêts suisses

MétéoUne course contre la montre est lancée dans les travaux de déboisement. Car, le bostryche prolifère après les tempêtes de l'hiver dernier.

Les larves du bostryche se nourrissent en creusant des galeries ui empêchent la sève de circuler et qui entraînent la mort de l’arbre.

Les larves du bostryche se nourrissent en creusant des galeries ui empêchent la sève de circuler et qui entraînent la mort de l’arbre. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les forêts suisses ont été malmenées cet hiver après le passage des tempêtes Eleanor et Evi. Quelque 1,3 million de mètres cubes de bois de tempête doivent être déblayés ce printemps. L'association des propriétaires forestiers estime qu'un million d'arbres sont tombés, dont plus de 500'000 épicéas. Des arbres dont raffole le bostryche et qu'il faut donc évacuer aussi vite que possible.

Car une épidémie menace les forêts suisses. En effet, le bostryche se nourrit d'épicéa et c'est sous son écorce qu'il pond ses oeufs pour ensuite former une colonie, explique dans le Blick Beat Wermelinger, chercheur sur les insectes de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

Une des plus agressives

Quelque 119 espèces de scolytes existent en Suisse. Mais celle du bostryche typographe, qui s'en prend à l'épicéa, est l'une des plus agressives puisqu'elle est capable de coloniser les arbres vivants. Et si un sapin rouge est infecté, il peut mourir en deux mois. «L'épicéa peut se défendre contre quelques insectes grâce à sa résine», explique Beat Wermelinger. «Mais il n'a aucune chance face à l'attaque de centaines d'individus.» Et si on n'empêche pas le coléoptère de se reproduire, ce sont potentiellement des millions d'insectes qui pourraient coloniser les forêts suisses.

Comme l'explique le service des forêts et de la faune du canton de Fribourg, le premier envol des bostryches pour coloniser de nouveaux épicéas a lieu en avril-mai. Car il faut une température de 16 degrés pour que le coléoptère se mette à bouger. Et il se pose alors infailliblement sur les épicéas tombés. Le bois de tempête sécrète des parfums spéciaux que l'insecte perçoit.

Abattre les arbres infectés

Seule solution, explique le Blick: abattre les arbres infectés avant que le bostryche ne s'envole et quitte la forêt pour aller plus loin. Mais cela prend du temps. Et même si des équipes travaillent jour et nuit pour déblayer les épicéas malmenés ou tués par les tempêtes, il faudra attendre mi-mai pour que les travaux de déboisement soient terminés.

Pour rappel, l'ouragan Lothar fin 1999 avait causé une prolifération sans précédent de bostryches en Suisse pour les années 2000-2003. Un phénomène encore aggravé cette année-là par une très forte sécheresse dans notre pays. Il avait fallu attendre 2008 pour un retour à la normale.

Créé: 25.04.2018, 10h46

Articles en relation

Dopé par la canicule, le bostryche ravage à nouveau les bois suisses

Forêts Les bûcherons doivent agir rapidement pour éliminer les épicéas infestés. Le canton de Genève est épargné, mais pas celui de Vaud. Plus...

Eleanor a couché près de 1,3 million de m3 de bois

Météo Les forêts situées en plaine et au pied du Jura sont celles qui ont payé le plus cher tribut au passage de la tempête du début d'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.