Passer au contenu principal

GenèveBraquage et évasion ratée: dix ans de prison requis

L'homme avait frappé un gardien avec une barre de fer en tentant de s'évader en août 2015 du quartier cellulaire des HUG.

Des détenus avaient tenté de s'enfuir du quartier cellulaire des HUG en août 2015
Des détenus avaient tenté de s'enfuir du quartier cellulaire des HUG en août 2015
Keystone

A Genève, la procureure Rita Sethi-Karam a requis mardi une peine de 10 ans de prison et une mesure d'internement à l'encontre d'un des détenus qui avait frappé un gardien avec une barre de fer en tentant de s'évader en août 2015 du quartier cellulaire des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Le prévenu comparaissait aussi pour une tentative de brigandage du bureau de poste de Mathod (VD).

La représentante du Ministère public a réclamé devant le Tribunal correctionnel de Genève une «peine exemplaire» contre ce Français de 41 ans, «installé dans la délinquance» et qui «a failli tuer un gardien». Elle a décrit l'accusé comme un être n'ayant «aucune barrière morale, psychologique et éthique».

Pas d'intention homicide

«Je n'ai jamais eu l'intention de tuer quelqu'un», a affirmé de son côté le prévenu. Ce dernier conteste par ailleurs être l'auteur du braquage manqué de la poste de Mathod. Son avocate Daniela Linhares a demandé une peine qui n'excède pas les 17 mois de détention préventive déjà effectués à Champ-Dollon, en isolement.

La procureure a requis 6 ans de prison à l'encontre du deuxième accusé dans cette affaire. Ce Portugais de 28 ans a indiqué n'avoir touché personne lors de la tentative d'évasion. Il a admis toutefois que c'est lui qui a enlevé deux barres métalliques à des porte-perfusions pour en faire des armes et menacer les gardiens.

Traitement spécial

Son avocat Simon Ntah a demandé au tribunal de renoncer à toute peine, le prévenu ayant déjà subi un an et demi de détention préventive dans des conditions très dures. Le représentant de la défense a dénoncé un réquisitoire «hors discernement» pour des faits qui ne peuvent à aucun moment être qualifiés de tentative de meurtre.

Les deux prévenus se sont évadés du quartier cellulaire des HUG en enfermant tout d'abord dans leur chambre l'infirmière qui venait leur prodiguer des soins. Ils se sont ensuite battus avec les deux gardiens qui leur barraient le chemin. Un des agents, qui voyait son collègue se faire frapper, leur a ouvert la porte.

Leur cavale n'a pas duré longtemps. Le détenu français, délinquant notoire, a été rapidement interpellé dans les alentours de l'hôpital. Le Portugais, qui se trouvait en prison pour une série de braquages de stations-service dans le canton de Vaud, a quant à lui été repris le lendemain par la police.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.