Broulis craint la perte de revenus cantonaux

Impôt successoral«Il est évidemment que Vaud encaisserait moins d'argent» si l'impôt fédéral sur les successions est adopté.

Pascal Broulis avait déjà annoncé qu'il combattrait cet impôt.

Pascal Broulis avait déjà annoncé qu'il combattrait cet impôt. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'impôt fédéral sur les successions, soumis au vote le 14 juin, s'oppose au fédéralisme et réduirait les recettes fiscales de certains cantons. Interrogé par Le Temps, le ministre vaudois des Finances Pascal Broulis prédit aussi l'expatriation de certaines fortunes.

«Il est évidemment que Vaud encaisserait moins d'argent» si l'impôt fédéral sur les successions est adopté et remplacerait certains équivalents cantonaux, souligne le conseiller d'Etat dans une interview parue jeudi 30 avril dans le quotidien lémanique. Dans le canton de Vaud, il s'agit de l'impôt sur les descendants directs, également en vigueur à Neuchâtel et Appenzell Rhodes-Intérieures.

«Rôle complémentaire»

Cet impôt vaudois sur les successions a rapporté 85 millions de francs en 2014 sur un total de recettes fiscales de 5,483 milliards, selon M. Broulis. «Il joue un rôle complémentaire. Si on le supprimait, il faudrait augmenter le coefficient fiscal cantonal de trois points», assure-t-il.

L'initiative «Imposer les successions de plusieurs millions pour financer notre AVS (Réforme de la fiscalité successorale)» veut taxer à hauteur de 20% la part des héritages dès deux millions de francs, ainsi que les dons de plus de 20'000 francs s'ils totalisent deux millions et plus.

Questionné par le journal fin février sur un tel impôt, Pascal Broulis avait déjà annoncé qu'il le combattrait. «A partir de 10%, les études montrent qu'il est dangereux. A 20%, ce serait une catastrophe», avait affirmé le conseiller d'Etat, jugeant un tel niveau «confiscatoire».

Forfaits fiscaux menacés

Pour le Vaudois, la Suisse entière a en effet tout à y perdre. Il évoque la fuite de certaines fortunes à l'étranger: «si l'impôt est confiscatoire», ceux qui «se serrent la ceinture toute leur vie» pour transmettre des sommes importantes à leurs héritiers «partiront pour y échapper», dit-il.

Sans compter que «les étrangers au bénéfice d'un forfait fiscal déplaceront leur domicile» afin de ne pas s'y soumettre, signant la fin du système de l'imposition à la dépense.

Les Vaudois ont accepté à 67% en votation en 2004 le maintien de l'impôt sur les descendants directs. Vaud impose les successions en ligne directe, avec une franchise de 250'000 francs et un taux maximal de 3,5%, à partir de 1,3 million de part d'héritage, à quoi peuvent s'ajouter les centimes additionnels des communes jusqu'à 3,5%, rappelle Pascal Broulis. Cela fait 7% au maximum. (ats/nxp)

Créé: 30.04.2015, 07h25

Articles en relation

«L'impôt sur les successions menace l'emploi»

Votation du 14 juin Un impôt fédéral sur les successions menacerait les entreprises familiales et l'emploi, selon une vaste alliance bourgeoise qui lance sa campagne contre l'initiative de la gauche et des évangélistes. Plus...

Pour Widmer-Schlumpf l’impôt prévu sur les successions est injuste

Finances La ministre a pointé les défauts de l’initiative soutenue par la gauche. Les familles seraient prétéritées. Plus...

Widmer-Schlumpf au front contre l'impôt sur les successions

Votation du 14 juin L'initiative «imposer les successions de plusieurs millions pour financer notre AVS» est combattue par le Conseil fédéral. Les contribuables, les entreprises voire les cantons pourraient y perdre des plumes. Plus...

L'UDC dit «non» à l'initiative sur les successions

Votation du 14 juin Les délégués de l'Union démocratique du centre rejettent à l'unanimité un texte qui, selon eux, «vole les riches». Plus...

Impôts sur les successions: la campagne est lancée

Votation du 14 juin Un impôt fédéral sur les successions permettra de faire contrepoids à la forte concentration des richesses en Suisse, selon la gauche, les syndicats et le Parti évangélique, à l'origine de l'initiative. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.