Le brunch à la ferme, une tradition datant de 25 ans

1er aoûtPlus de 350 exploitations agricoles ouvrent leurs portes au public à l'occasion de la Fête nationale, ce mardi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis un quart de siècle, les Suisses vont bruncher à la ferme pour la fête nationale. Cette année, plus de 350 exploitations à travers le pays sont sur les chapeaux de roues pour recevoir les visiteurs, dont deux conseillers fédéraux.

Sur les plus de 350 exploitations qui participent à cette édition 2017, la majorité se trouve en Suisse alémanique. Une cinquantaine se situe en Suisse romande, cinquante autres au Tessin, a indiqué à l'ats Belinda Vetter, responsable du Brunch du 1er août au sein de l'Union suisse de paysans. Chaque ferme accueillera entre 20 et 1000 personnes.

Nombre stable

Le nombre d'exploitations qui participent à l'événement est stable depuis trois ans. Trois cents fermes avaient pris part à la première édition en 1993. Leur nombre avait ensuite fortement crû pour atteindre 550 en 1995. Depuis, le nombre d'exploitations était progressivement redescendu.

Selon Belinda Vetter, un nombre croissant d'exploitations participent désormais tous les deux voire trois ans. Les raisons de leur choix sont multiples mais il est vrai qu'organiser un brunch demande beaucoup d'investissement. Sans bénévoles, ce n'est pas possible, souligne-t-elle.

Deux conseillers fédéraux

Le nombre de visiteurs est lui aussi stable. Depuis trois ans, entre 120'000 et 140'000 personnes se laissent séduire par les spécialités de la ferme. «Le nombre varie en fonction de la météo», précise Belinda Vetter. Et d'ajouter que la demande dépasse largement l'offre. Chaque année des fermes doivent refuser des gens.

Cette année, deux conseillers fédéraux participeront au brunch. Ueli Maurer se rendra à Moosseedorf dans le canton de Berne tandis que Johann Schneider-Ammann profitera des festivités à Riddes (VS).

Garder le cap

Pour les prochaines années, il s'agira avant tout de maintenir le niveau actuel de l'offre, explique Mme Vetter. Certes plusieurs exploitations arrêtent ou espacent leur participation mais de nouvelles se lancent dans l'aventure chaque année, se réjouit-elle. Certaines utilisent le brunch du 1er août comme rampe de lancement pour leurs activités d'agrotourisme.

L'Union suisse des paysans a lancé le brunch du 1er août en 1993 pour contribuer à la bonne réputation de l'agriculture helvétique. (ats/nxp)

Créé: 01.08.2017, 08h41

Galerie photo

Les festivités du 1er Août 2017

Les festivités du 1er Août 2017 En images, les festivités de la fête nationale et les allocutions des conseillers fédéraux.

Articles en relation

Schneider-Ammann loue la prospérité de la Suisse

1er août Le ministre de l'économie a donné son premier discours pour la fête nationale à Eschenz (TG), où il a brossé un portrait élogieux du pays. Plus...

Les feux d'artifice causent 280 accidents par an

Suisse A quelques jours du 1er Août, le BPA recommande de manipuler les engins pyrotechniques avec précaution. Plus...

Une bière prive un village de 1er Août

Canton d'Argovie Le paysan qui mettait son champ à disposition pour les festivités n'a pas obtenu la compensation souhaitée: une bière et une lettre de remerciements. Plus...

De nombreuses communes boudent le 1er Août

Fête nationale Un sondage réalisé par l'Association des communes suisses révèle que 13% d'entre elles renoncent à organiser des festivités. Plus...

Les animaux ne sont pas à la fête, le 1er août

Suisse La Protection suisse des animaux (PSA) rappelle mardi que les festivités de la Fête nationale sont cause de stress chez les animaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.