Passer au contenu principal

Bruxelles envisage la fin de la voie bilatérale

Dans l’attente de la conclusion de l’accord-cadre, la Commission européenne gèle toute discussion avec la Suisse.

C’est une bombe larguée sur un terrain déjà miné. En décembre, le patron des 33 000 fonctionnaires de la Commission européenne leur a enjoint d’interrompre sine die toute discussion sur l’avenir des relations avec la Suisse. Dans une note interne confidentielle cosignée avec la cheffe de cabinet du président Juncker, Martin Selmayr écrit: «En ce qui concerne la mise à jour ou l’extension de l’accès au marché intérieur (européen) de la Suisse, aucune nouvelle négociation ou discussion ne doit être entreprise, tandis que les négociations et discussions en cours doivent être suspendues ou repoussées dans le temps, jusqu’à ce qu’une issue satisfaisante concernant l’accord-cadre institutionnel soit trouvée.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.