Bure ne veut pas d'une aire d'accueil pour les gens du voyage

Canton du JuraLe Gouvernement jurassien envisageait de créer une aire d'accueil officielle à proximité du village ajoulot de Bure. Lors d'une assemblée communale extraordinaire, seuls trois citoyens sur les 238 présents ont accepté l'idée.

La population du village jurassien de Bure ne veut pas d'une aire d'accueil pour les gens du voyage.

La population du village jurassien de Bure ne veut pas d'une aire d'accueil pour les gens du voyage. Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La population du village jurassien de Bure ne veut pas d'une aire d'accueil pour les gens du voyage.

Lors d'une assemblée communale extraordinaire, seuls trois citoyens sur les 238 présents ont accepté une telle perspective. Le canton se trouve dans une impasse.

Le Gouvernement jurassien avait envisagé de créer une aire d'accueil officiel à proximité de ce village ajoulot de quelque 670 habitants. Aucune décision formelle n'avait toutefois encore été prise. Dès que le nom de cette commune située près de la frontière française avait été évoqué, la population a affiché son opposition.

Compétence du canton

Le vote à titre consultatif de cette assemblée communale jeudi soir n'a aucune valeur juridique. La décision finale du choix d'un lieu pour une aire d'accueil appartient au canton. Mais le gouvernement peut difficilement ne pas tenir compte de cette volonté populaire.

«La décision des habitants de Bure ne saurait être négligée par les autorités cantonales», a ainsi admis vendredi le gouvernement. Il considère cette prise de position comme un «signal fort» de la population.

Lors de cette assemblée, plusieurs habitants ont exprimé leurs craintes liées à la présence des gens du voyage, évoquant en particulier l'insécurité, et à la perte d'attractivité de la commune. L'emplacement retenu par le canton se trouve près de la place d'armes, sur un terrain propriété d'Armasuisse.

Venu défendre ce projet, le chef du service des communes Raphaël Schneider s'est félicité, sur les réseaux sociaux, du climat dans lequel s'est déroulée l'assemblée. «La démocratie a parlé», a ajouté le chef du service des communes.

Le temps presse

Comme d'autres cantons, le Jura ne dispose pas d'un emplacement adapté pour accueillir les caravanes des gens du voyage. L'actuelle aire provisoire au bord de l'A16 à Bassecourt sera fermée dans le courant du mois d'avril pour faire place au chantier d'une aire de repos de la Transjurane.

Le canton doit impérativement réaliser à très court terme une aire définitive pour répondre à ses obligations, a rappelé vendredi le gouvernement. Comme tous les cantons, le Jura doit disposer d'une place d'accueil officiel pour les gens du voyage.

Occupations illicites

Les services de l'Etat se retrouvent désormais confrontés à une non-entrée en matière de différents interlocuteurs, qu'ils soient publics ou privés. «Dès lors, il est à craindre que des occupations illicites, et donc difficilement gérables, se produisent à court terme», a averti le canton. (ats/nxp)

Créé: 21.03.2014, 11h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...