Les caisses maladie sont mal en point

SuissePlusieurs assurances sont dans les chiffres rouges. Le secteur connaît une période difficile.

L'assureur à prix cassé Assura a annoncé une perte annuelle de 258 millions de francs.

L'assureur à prix cassé Assura a annoncé une perte annuelle de 258 millions de francs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les assurances maladie Assura et Kolping ont essuyé, l'année passée, une perte de plusieurs millions de francs. Le Groupe Mutuel a lui plongé dans les chiffres rouges. Et un regard sur le ratio de solvabilité des caisses montre que d'autres annonces négatives menacent le secteur.

La semaine passée, l'assureur à prix cassé Assura a annoncé une perte annuelle de 258 millions de francs dans l'assurance de base. Son concurrent valaisan, le Groupe Mutuel a lui affiché une perte nette de 127,2 millions contre un contre un bénéfice de 125,9 millions au terme de l'exercice précédent.

Kolping a récemment fait la «une» des journaux. La caisse maladie zurichoise a mis de côté trop peu de provisions. Elle a dû corriger le tir, ce qui a entraîné une perte de plusieurs millions.

L'organe de surveillance des assurances maladie, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), ne peut pas dire combien de firmes connaissent le même problème. «Nous sommes en train d'examiner les comptes de 2015 et les réserves constituées par les caisses. Comme chaque année, nous publierons toutes ces données en septembre», précise à l'ats Helga Portmann, responsable de la division surveillance de l'assurance à l'OFSP.

Difficile de savoir également si l'OFSP est intervenu au niveau de l'activité commerciale de ces sociétés. «Toute mesure éventuelle ordonnée sera communiquée le moment venu», souligne l'office.

Projections fragiles Selon Helga Portmann, plusieurs raisons expliquent que certaines caisses tombent dans le rouge alors même que les primes des assurés doivent servir à couvrir les frais médicaux remboursés. Premièrement, les revenus issus des placements sont beaucoup plus bas qu'au moment où a été fixé le montant des primes.

En outre, les estimations des coûts de la santé peuvent être soumises à de plus fortes fluctuations, si les caisses remboursent les factures seulement après présentation par l'assuré et pas directement au fournisseur de soins. Le montant réel des dépenses arrive dans un tel cas, en effet, beaucoup plus tard chez l'assureur et cela rend les estimations plus fragiles.

Enfin, une forte hausse du nombre d'assurés affaiblit les prévisions. Des valeurs empiriques manquent alors aux assureurs au niveau de l'état de santé de leurs nouveaux clients.

De ce fait, Helga Portmann s'interroge sur la récente affirmation d'Urs Roth, patron de Visana, selon laquelle sa société avait anticipé précisément sa perte sur le plan de l'assurance de base. Pour elle, les entreprises actives dans ce créneau ne connaissent pas, en amont, les décisions de leurs clients concernant le choix d'une franchise et son niveau ainsi que du modèle d'assurance ou d'un éventuel changement de caisse.

En outre, lorsqu'elles fixent le montant de leurs primes, les caisses ne savent pas encore quels vont être les frais de santé à rembourser l'année suivante. Elles ne peuvent donc que les estimer. Une société ne connaît également pas les offres de ses concurrents et leurs primes. Elle ne peut, par conséquent, que poser des hypothèses quant à leurs conséquences au niveau de la nouvelle ronde des primes.

Enfin, la compensation des risques entre assureurs influence le résultat annuel des caisses. Mais ces dernières ne peuvent qu'estimer l'effet de ce mécanisme lorsqu'elles calculent le montant de leurs primes.

Clap de fin

Un certain nombre de firmes a dû mettre la clé sous la porte, ces dernières années. Début 2009, 89 entités étaient enregistrées dans le fichier des caisses maladie de l'OFSP, contre 59 en 2016. Et une société devrait encore disparaître du fait de l'absorption de Kolping par le groupe bâlois Sympany.

Concernant la santé financière des caisses toujours, les résultats du test de solvabilité LAMal de 2015 fournissent quelques points de repère. Cette évaluation permet de savoir si une assurance possède une dotation en capital suffisante. Pour Kolping, ce quota se situait, l'année passée, à seulement 75% du taux minimal prescrit de 100%.

Comparativement, ce taux se fixait à 82% pour la caisse KLuG, qui a bouclé l'année 2015 sur une perte de 4,2 millions de francs contre un trou de près d'un million en 2014. Vallée d'Entremont, une entité basée en Valais, a aussi affiché un quota de solvabilité de 93%. Elle a également enregistré une perte l'année passée.

KPT a obtenu un taux de 100%. La société a renoué avec les chiffres noirs, après avoir essuyé une perte de 20 millions de francs en 2014. Easy Sana et EGK ont affiché le même pourcentage. Au-dessus de ce taux, figurent ÖKK (108%), Stoffel (107%), Philos (111%) et Sansan (105%).

L'OFSP a aussi contesté les paiements en capital pour certaines entreprises, sans lesquels les quotas de solvabilité seraient en mauvaise posture. CSS a, par exemple, obtenu 108%, malgré des entrées d'argent critiquées, et Avanex seulement 101%.

L'exemple d'Assura montre que la situation financière d'une assurance peut vite empirer. Bien qu'en zone rouge, son ratio de solvabilité plafonnait à 154%. (ats/nxp)

Créé: 24.06.2016, 10h24

Articles en relation

Assura a plongé dans le rouge l'an passé

Assurances Dans le secteur de l'assurance maladie de base, la compagnie vaudoise, qui disposera dès l'an prochain d'un nouveau directeur général, a essuyé une perte de 258 millions. Plus...

Le Groupe Mutuel dans les chiffres rouges en 2015

Assurances La hausse des coûts de la santé ou encore la faiblesse des rendements sur les marchés financiers ont provoqué une perte de 127,2 millions de francs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.