Passer au contenu principal

Un candidat sur cinq issu d'une région francophone

Sur les 4652 candidats au Conseil national, 76,9% vivent dans une région germanophone et 19,8% dans une région francophone. Les Tessinois représentent 3,3% des candidats.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Keystone

Parmi les 4652 candidats en lice pour le Conseil national le 20 octobre, 922, soit 19,8%, vivent dans une région où le français est la langue principale. Ce pourcentage était de 21,4% en 2015.

Un record de 21,8% avait été atteint lors du scrutin de 2011, selon une analyse réalisée par Keystone-ATS sur la base de données fournies par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les élections précédentes avaient vu une plus faible proportion de francophones y prendre part: 17,8% en 2007, 16,1% en 2003 et 17,3% en 1999.

Plus de trois quarts des candidats (76,9%) du millésime 2019 vivent dans une région où l'allemand est la langue principale. Ils étaient 75,4% en 2015. Quant aux Tessinois, ils représentent 3,3% des candidats en 2019, soit 0,1 point de plus qu'en 2015.

Différences peu marquées

Une comparaison entre sexes ne fait pas apparaître de différence marquée. Chez les candidates, 19,6% sont issues d'une région où le français est la langue principale. Ce pourcentage grimpe de 0,4 point pour les hommes francophones (20%).

Catégorie d'âge par catégorie d'âge, la région francophone est surreprésentée par rapport à sa moyenne chez les 30-39 ans (21,2%) et les 60-69 ans (20,9%). Elle est par contre sous-représentée chez les 50-59 ans (16,8)%.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.