Passer au contenu principal

Le Canton de Berne veut réorganiser l'asile

La nouvelle loi vise à intégrer les personnes concernées sur la base d'un nouveau modèle. Elle doit aussi permettre de réduire les coûts.

La nouvelle loi introduit l'obligation d’acquérir des connaissances linguistiques et des compétences de base.
La nouvelle loi introduit l'obligation d’acquérir des connaissances linguistiques et des compétences de base.
Keystone

La restructuration du domaine de l’asile et des réfugiés a été accueillie favorablement par la majorité des participants à la procédure de consultation, indique jeudi le canton de Berne. Cette réorganisation devrait permettre de diminuer les coûts.

«Le transfert de l’intégralité des tâches à des partenaires régionaux et le passage d'un centre d'hébergement collectif à un logement individuel si les objectifs d'intégration sont réalisés (système à deux phases) ont suscité quelques critiques», explique le Conseil-exécutif dans un communiqué.

Le gouvernement veut néanmoins maintenir ces points-clés qui mettent en œuvre la planification détaillée de la restructuration du domaine de l'asile approuvée en juillet 2017. Le canton demande en outre que les coûts nets de l’aide sociale, de l'intégration et de l'aide d'urgence soient imputés à la compensation des charges.

La nouvelle loi vise à intégrer les personnes concernées sur la base d'un nouveau modèle. Elle introduit l'obligation d’acquérir des connaissances linguistiques et des compétences de base, en vue d'une insertion aussi rapide que possible sur le marché du travail primaire.

Cinq partenaires régionaux

Les jeunes adultes devront quant à eux se concentrer sur l'acquisition de compétences scolaires de base et sur l'apprentissage d’une langue officielle afin de pouvoir accéder rapidement aux filières ordinaires de la formation professionnelle ou du secondaire.

Ces nouveautés seront mises en œuvre avec cinq partenaires régionaux. L'appel d'offres pour les sélectionner a pris fin à la mi-janvier. Les dossiers sont en cours d'évaluation en vue d'une adjudication au premier semestre 2019, précise le canton.

Par cette restructuration, le Conseil-exécutif veut diminuer à moyen et à long terme les coûts que le domaine de l'asile et des réfugiés occasionne au canton et induit dans l'aide sociale. Il entend en outre améliorer «le rapport coût-efficacité grâce à un contrôle plus poussé et à une gestion des cas informatisée qui permettra aussi d'obtenir des informations plus précises sur l'efficacité des mesures d'intégration».

Le Grand Conseil se penchera sur ce dossier durant la session d'été.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.