Passer au contenu principal

JusticeCarlos peut finalement sortir de prison

La Cour suprême du canton de Zurich a admis le recours du jeune homme contre la prolongation de sa détention.

Le risque de récidive de l'individu a baissé selon la justice.
Le risque de récidive de l'individu a baissé selon la justice.
Archives, Keystone

Le jeune délinquant zurichois «Carlos» peut sortir de prison. La Cour suprême du canton de Zurich a admis mardi 21 avril son recours contre la prolongation de sa détention provisoire. Son risque de récidive a fortement baissé, selon les juges. Lundi, le TF avait justifié cette prolongation.

La justice zurichoise base sa décision sur un récent rapport de la prison où il séjourne. «Carlos» (prénom fictif) a fortement amélioré son comportement social et sa manière de gérer le quotidien, conclut ce rapport. Le risque de récidive et son potentiel de violence se sont du même coup nettement réduits, estiment les juges.

Maintien en prison disproportionné

Arrêté fin octobre pour avoir menacé un homme avec un couteau, le jeune homme se trouvait depuis lors en détention provisoire. «Carlos» avait recouru contre la prolongation de cette détention jusqu'au Tribunal fédéral (TF). Les juges de Mon Repos ont toutefois confirmé cette mesure lundi, estimant qu'elle se basait sur le constat que le jeune homme restait violent.

Entre la décision de prolonger la détention du jeune homme et la décision de la Cour suprême zurichoise, le comportement de «Carlos» s'est toutefois amélioré, estiment les juges cantonaux. Maintenir le jeune homme en détention se justifie en outre d'autant moins qu'il ne sera sans doute pas condamné à la prison, le Ministère public ayant requis une peine de 11 mois commuée en thérapie ambulatoire.

Engrenage médiatique

«Carlos» s'est fait connaître du grand public à l'occasion de la diffusion d'un reportage de la télévision alémanique SRF en août 2013. L'émission avait dévoilé que l'encadrement spécial mis en place pour le jeune délinquant coûtait 29'000 francs par mois.

Ces révélations avaient provoqué un tollé. Les mesures de réinsertion avaient alors été interrompues et «Carlos» avait été replacé en milieu carcéral avant de ressortir de prison en février 2014 sur ordre de la justice. Il avait alors suivi un programme de réinsertion moins onéreux jusqu'en juin, puis a continué à être pris en charge jusqu'en septembre.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.