Passer au contenu principal

SuisseCarPostal sous enquête au Liechtenstein

L'autorité des marchés financiers de la principauté a ouvert une procédure pour blanchiment d'argent dans le dossier CarPostal

Après la France, l'affaire CarPostal fait des vagues au Liechtenstein.
Après la France, l'affaire CarPostal fait des vagues au Liechtenstein.
Keystone

Le scandale CarPostal provoque des remous au Liechtenstein. Le rapport d'enquête du cabinet Kellerhals Carrard a en effet démontré que 17 millions de francs issus des subventions illégales ont été placés dans la principauté.

La filiale de La Poste fait désormais l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent, comme le révèle le Blickdans son édition du 28 juin 2018. L'autorité de surveillance des marchés financiers (FMA) a confirmé qu'une «procédure a été ouverte dans le dossier CarPostal».

Déterminer l'origine des fonds

Le gendarme des activités financières soupçonne des activités frauduleuses à l'origine de cette somme. CarPostal aurait en effet facturé des pneus qui n'existaient que sur le papier. Si l'origine douteuse des fonds placés dans la principauté est confirmée, l'entreprise aura alors à répondre de blanchiment d'argent.

La Poste admet que le rapport d'enquête du cabinet montre qu'un «financement par des distributions de bénéfices cachés à l'étranger ne peut être exclu», ce qui serait «inadmissible et inacceptable». Le géant jaune entend faire la lumière rapidement, ainsi que l'a ajouté sa porte-parole Léa Wertheimer.

Pas d'enquête du gouvernement

L'enquête au Liechtenstein se concentre dans un premier temps sur KPMG, le réviseur des comptes. «Nous lui avons déjà demandé une prise de position», a déclaré Lukas Müller, le porte-parole de l'autorité des marchés financiers, qui est responsable des bureaux d'audit. KPMG a refusé tout commentaire, précisant qu'elle ne pouvait rien dire sur les travaux de la FMA.

La situation de CarPostal dans la principauté pourrait en outre s'aggraver si les autorités décidaient d'entamer des poursuites pour infraction au droit de la concurrence. Mais pour le moment, le gouvernement n'a encore rien entrepris en ce sens, s'étonne le Blick.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.