L'armée quitte Moudon et la base aérienne de Sion

RéorganisationConséquence de son régime minceur, l’armée se sépare d’un tiers de son parc immobilier. Les activités de la base aérienne de Sion seront concentrées à Payerne. En revanche, l'armée quitte Moudon définitivement

La place d'armes de Valacrêt à Moudon

La place d'armes de Valacrêt à Moudon Image: JEAN-PAUL GUINNARD -a

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’armée veut se séparer d’un tiers de ses biens immobiliers. L’information n’est pas nouvelle mais il manquait les contours de ce plan de rationalisation. Et le chef du Département de la défense (DDPS) Ueli Maurer a convoqué cet après-midi à Berne les ministres cantonaux des affaires militaires pour leur exposer le plan d’ensemble.

Résultat des courses? Selon nos informations, en Suisse romande, le Valais sera le plus touché par le nouveau «concept de stationnement» comme l’appelle pudiquement le DDPS. En clair, la base aérienne de Sion verra ses activités fortement réduites. L’armée de l’air ne quittera pas totalement la capitale valaisanne, mais Sion sera désormais un «aérodrome de dégagement».

Payerne renforcé

Le cœur de l’activité de vols militaires sera donc transféré à Payerne (VD) qui renforcera ainsi sa situation de pôle de compétence pour les vols F/A-18 et comme base principale de l’armée de l’air (avec Meiringen dans le canton de Berne). La majorité des emplois militaires serait donc transférée de Sion à Payerne.

Mais le canton de Vaud devrait néanmoins accepter quelques sacrifices. Si Bière et Chamblon échappent au régime minceur de l’armée, la place d’armes de Moudon sera, elle, fermée. Les troupes sanitaires iront donc faire leur instruction du côté du Tessin, à Airolo. Quid des bâtiments de Moudon? Trop tôt pour le dire.

Et Savatan? Plutôt que de céder les infrastructures sises sur la commune de Lavey-les-Bains à moindre prix, l’armée propose au contraire un renforcement du partenariat actuel avec les cantons de Vaud et du Valais. Car ces infrastructures accueillent l’Ecole de police vaudoise et valaisanne qui cherche à se développer.

Autres grandes fermetures annoncées dans ce régime minceur de l’armée: celle de la place d’armes des Vernets, à Genève. Du côté du bout du lac, l’information est déjà connue. Seule inconnue: quel projet immobilier sera développé sur ce site qui se situe dans le désormais très porteur quartier de la Praille.

La Poya aussi!

A Fribourg aussi, le volet immobilier prend le dessus sur les larmes d’un départ de l’armée. La caserne de la Poya, dont le sol appartient au canton, sera fermée. Le canton de Fribourg pourra donc lancer des projets immobiliers sur ces terrains situés aujourd’hui en plein centre du développement urbain de la capitale fribourgeoise. A proximité, le pont de la Poya sera prochainement ouvert: cet ouvrage constitue la principale réalisation architecturale et urbanistique des cinquante dernières années à Fribourg.

Les parlementaires fédéraux concernés par les affaires militaires sont convoqués demain matin à 7 heures pour une information de détail. Et c’est vers 8h30, demain mardi, qu’Ueli Maurer informera officiellement le public des contours du nouveau concept de stationnement de l’armée. (nxp)

Créé: 25.11.2013, 17h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.