Cassis signe le retour de «l’italianità» à Berne

SuisseLe Tessin attendait cela depuis longtemps. Mais l’arrivée d’Ignazio Cassis au pouvoir aura été marquée par les polémiques. Attendu sur le dossier européen, il découvre l’intransigeance de Bruxelles.

Ignazio Cassis descend les marches du Palais fédéral après son élection le 20 septembre dernier.

Ignazio Cassis descend les marches du Palais fédéral après son élection le 20 septembre dernier. Image: MARCEL BIERI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Lo giuro .» À peine Ignazio Cassis était-il élu qu’il plaçait son entrée au Conseil fédéral sous le signe de la langue de Dante. Dans les travées du Palais, ce mercredi 20 septembre, Silva Semadeni (PS/GR) peine à retenir ses larmes. «Je ne pensais pas que j’aurais toutes ces émotions», confie la présidente du groupe Italianità. Voilà dix-huit ans que cette minorité linguistique attendait ce retour. Cette absence a joué un rôle crucial dans l’ascension du libéral-radical tessinois. Elle lui a permis de surmonter les polémiques qui ont rythmé une campagne dont les soubresauts ont occupé les médias tout l’été.

Sous le feu des projecteurs dès l’annonce surprise de la démission de Didier Burkhalter, Ignazio Cassis a dû endosser le difficile rôle de favori. Premier à se déclarer candidat, il a aussi été le premier à affronter les attaques. Sur son accointance avec les caisses maladie d’abord, lui qui était président d’une faîtière des assureurs; sur sa vision libérale en matière de drogues ensuite, lui qui songe à légaliser la cocaïne. Des tempêtes, comparées au tsunami provoqué par sa décision de rendre son passeport italien. On l’accuse d’être à la botte de l’UDC.

Fragilisé, Ignazio Cassis plie mais ne rompt pas. Malgré le désir de porter une femme au Conseil fédéral, malgré la campagne menée tambour battant par Pierre Maudet, ni la conseillère nationale vaudoise Isabelle Moret ni le conseiller d’État genevois ne réussiront à lui barrer la route. Le ticket à trois porté devant l’Assemblée fédérale récompense sans suspense celui qui était donné gagnant dès le début.

L’ancien médecin s’empare ensuite du Ministère des affaires étrangères, emportant dans son bagage l’épineux dossier européen, dont il a annoncé vouloir faire une remise à zéro. C’est le fameux «reset» que toute la sphère politico-médiatique répète désormais à chaque évolution des négociations entre Berne et Bruxelles. Pas question pour lui de repréciser ses intentions. Il donne rendez-vous aux médias à l’issue de ses 100 premiers jours de fonction.

Rompre la tradition

Mais Ignazio Cassis, 56 ans, n’aura pas profité bien longtemps de l’état de grâce que connaissent en général les nouveaux conseillers fédéraux. Il est rattrapé par la polémique liée à son adhésion de dernière minute à Pro Tell, le lobby des armes à feu. Juste avant son élection, le Tessinois a rejoint cette organisation qui prône un droit libéral sur les armes. De quoi le mettre en porte-à-faux avec le Conseil fédéral, qui – sous la pression de l’Union européenne – exige plus de restrictions dans ce domaine. Il finit par se retirer, expliquant s’être fait instrumentaliser par Pro Tell pour promouvoir une sortie de l’Espace Schengen. Des justifications qui n’ont pas calmé ceux qui critiquent l’opportunisme d’un homme prêt à tout pour arriver au pouvoir.

Moins d’un mois après son élection, Ignazio Cassis marque de nouveau son territoire du sceau de l’italianità. Rompant avec la tradition, il ne fait pas sa première visite officielle en Autriche mais à Rome. L’occasion de montrer à l’interne qu’il a l’intention d’empoigner les problèmes en suspens: les frontaliers, mais aussi l’accès au marché pour les banques.

Mais c’est à Paris que le Tessinois découvre l’âpreté des négociations avec l’UE. Finie l’accalmie qui a entouré la visite du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Après avoir inscrit la Suisse sur sa liste grise des paradis fiscaux, voici que Bruxelles limite à une année l’équivalence de la Bourse suisse. En visite dans la capitale française le 19 décembre, Ignazio Cassis a fait part de son indignation. Quelques jours plus tard, le Conseil fédéral, par la voix de Doris Leuthard, tapait lui aussi du poing sur la table. Depuis, c’est l’escalade. Les relations Suisse-UE sont de nouveau dans l’impasse. Le conseiller fédéral PLR termine l’année au pied du mur. L’UDC l’appelle à assumer ses responsabilités, et à se séparer des diplomates trop proches de l’UE. La tête de Pascale Baeriswyl, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, est demandée. Critiqué au centre et à gauche pour son ambiguïté et son côté populiste, Ignazio Cassis doit encore convaincre sur sa ligne européenne. S’expliquera-t-il plus tôt que prévu? Si ce n’est pas le cas, rendez-vous en février 2018, terme de ses 100 premiers jours.


Le mot de l’année: La Prévoyance vieillesse 2020, ce combat homérique

Souvent accompagné du chiffre 2020, le mot «prévoyance» – un brin désuet – s’est offert une deuxième jeunesse en 2017. Il fut au cœur d’un combat acharné, qui s’est d’abord joué au parlement. À un rythme effréné, les deux Chambres ont débattu ce projet qui devait assurer l’avenir des retraites. Le défi est immense, Alain Berset voulait réformer en même temps les premier et deuxième piliers. Une bataille homérique s’est alors engagée.

D’un côté, le bloc formé de la gauche et du centre; de l’autre, le PLR et l’UDC. Qui l’emporterait? Le suspense aura été insoutenable jusqu’au bout. En mars, le projet passait l’écueil du Conseil national d’une seule petite voix. Un véritable polar, dont le vote au parlement n’était que la première partie. À peine le temps de respirer que les vainqueurs du jour devaient prendre leur bâton de pèlerin pour convaincre la population de les suivre. Les adversaires du projet n’ont pas non plus ménagé leurs efforts pour tenter de réussir dans les urnes ce qu’ils avaient échoué à faire dans l’hémicycle. Un engagement qui a payé. Le 24 septembre, le peuple coulait la Prévoyance vieillesse 2020, comme toutes les dernières réformes des retraites. Le troisième épisode de cette saga, dont personne ne connaît la fin, s’est joué il y a quelques jours. Le ministre Alain Berset a remis l’ouvrage sur le métier et proposé les grandes lignes d’un nouveau projet. Le paquet a été scindé en deux, le bonus AVS a disparu des radars. La droite semble avoir réussi à imposer ses vues. La bataille continue. C’est sûr, on reparlera de prévoyance en 2018. (24 heures)

Créé: 30.12.2017, 10h20

En dates: De la RIE III à l’affaire Buttet, une année mouvementée

12 février

La troisième réforme de l’imposition des entreprises, attaquée par voie de référendum, est refusée par 59% des votants. Sommé de présenter rapidement une nouvelle mouture, le ministre des Finances, Ueli Maurer, s’exécute en septembre. Son Projet fiscal 17 s’attirera, lui aussi, de vives critiques lors de la consultation.

12 février
Les Suisses approuvent la naturalisation facilitée des étrangers de la troisième génération. À Neuchâtel, la réforme hospitalière voulue par le Conseil d’État capote dans les urnes: avec la mobilisation massive du Haut du canton, les citoyens imposent le maintien de deux hôpitaux de soins aigus.

19 mars
En Valais, les électeurs éjectent Oskar Freysinger du gouvernement. Le politicien UDC est remplacé par un jeune néophyte, Frédéric Favre (PLR). Christophe Darbellay, ancien président du PDC suisse, apparaît comme le nouvel homme fort du gouvernement.

Avril
Un violent épisode de gel détruit une partie du vignoble valaisan et vaudois. Une canicule suivra en juin, faisant des vendanges 2017 les plus faibles du Valais depuis plus de vingt ans.

21 mai
La Stratégie énergétique 2050 de la Confédération, contestée par l’UDC Zurich, passe la rampe (58,2% de voix favorables).

18 juin
Jour historique à Moutier, qui décide de quitter Berne pour rejoindre le canton du Jura.

28 septembre
Alain Berset dévoile une nouvelle hausse des primes maladie (4% en moyenne pour 2018). Le conseiller d’État vaudois Pierre-Yves Maillard et son homologue genevois Mauro Poggia annoncent le lancement d’une initiative populaire demandant la possibilité de créer des caisses publiques cantonales.

17 octobre
Lancement d’une initiative populaire sur le don d’organes, pour passer au principe du consentement présumé.

18 octobre
Le Conseil fédéral s’engage à soutenir à hauteur de 1 milliard de francs la candidature de Sion aux Jeux olympiques d’hiver 2026. Quelques semaines plus tard, le comité perdra son président, l’avocat vaudois Jean-Philippe Rochat, pris dans la toile des «Panama Papers». Le président de Swiss Olympic et conseiller national Jürg Stahl (UDC/ZH) le remplace le 6 décembre.

Novembre

Partie des États-Unis avec l’affaire Weinstein, la vague «Me too» touche la Suisse. L’islamologue genevois Tariq Ramadan est accusé de viol et d’abus sur mineurs. Le conseiller national Yannick Buttet (PDC/VS), lui, fait face à une plainte pénale pour contrainte déposée par une ex-maîtresse et est accusé de harcèlement par plusieurs femmes, dont des élues fédérales. Il démissionnera le 17 décembre, après avoir dit vouloir soigner un problème d’alcool.

20 décembre
Le Conseil fédéral rejette l’initiative de la droite dure visant à bannir la burqa au niveau fédéral. Il prévoit de lui opposer un contre-projet rendant punissable le fait de contraindre une personne à se dissimuler le visage.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.