Passer au contenu principal

Cassis suscite les espoirs d’une industrie d’armement aux abois

Les règles pour l’exportation du matériel de guerre pourraient être assouplies. La gauche et les ONG montent au créneau.

L’arrivée du Tessinois à la tête du DFAE est perçue comme une aubaine par les milieux proches de l’industrie de l’armement.
L’arrivée du Tessinois à la tête du DFAE est perçue comme une aubaine par les milieux proches de l’industrie de l’armement.
Reuters/Stefan Wermuth

Ils portent les masques de Johann Schneider-Ammann, Guy Parmelin et Ignazio Cassis. Alors que le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) présentait mardi son rapport annuel sur les exportations de matériel de guerre, une poignée de manifestants antimilitaristes accusaient ce trio de vouloir faciliter les ventes d’armes à l’étranger.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.