Pas de censure immédiate contre «LOVE LIFE»

JusticeLe Tribunal administratif fédéral refuse de censurer provisoirement la campagne «LOVE LIFE». La demande émanait de 35 enfants dérangés par les contenus «hautement sexualisés» des affiches.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avant de trancher, le Tribunal administratif fédéral (TAF) refuse de censurer provisoirement la campagne «LOVE LIFE». Il doute qu'elle constitue un danger pour la jeunesse.

Représentés par leurs parents, trente-cinq enfants âgés de 14 à dix-sept ans avaient demandé à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) de stopper la campagne. Après un refus, ils avaient soumis le litige au TAF.

Dans un premier temps, avant de se prononcer plus avant sur ce litige, le TAF refuse d'interdire à titre provisionnel cette campagne controversée. Il doute que ces images sexualisées puissent mettre en danger les enfants et les adolescents.

Selon l'instance fédérale, le but des images peut être expliqué par les parents «de manière compréhensible». Libre à chacun de les trouver choquantes ou déplacées.

Soutenus par la fondation Futur CH, les plaignants se disent dérangés par les contenus «hautement sexualisés» des affiches. Selon eux, ces dernières violent massivement des intérêts dignes de protection des enfants et des jeunes.

Aval du Conseil fédéral

La campagne de l'OFSP a l'aval du Conseil fédéral, qui la considère comme un succès. Elle n'a rien à voir avec de la pornographie, a notamment précisé le gouvernement dans ses réponses à diverses interventions parlementaires issues des rangs du PDC et du PEV.

L'OFSP avait lancé la campagne en mai, en invitant des couples à participer à un «casting». Quelque 300 personnes ont postulé et cinq couples, entre 20 et 52 ans, ont été choisis pour poser dans des situations explicites devant l'objectif de la photographe Diana Scheunemann.

La campagne, intitulée «LOVE LIFE - ne regrette rien», vise à promouvoir la sécurité en propageant un mode de vie axé sur le plaisir et la responsabilité. Elle avait déjà suscité des critiques au moment de son lancement.

Incompréhension des recourants

Pour la fondation Futur CH, la décision du TAF «n'est pas compréhensible», a-t-elle réagi dans un communiqué. Elle ne saisit pas en quoi le site Internet, «qui sert manifestement davantage la promotion d'un style de vie sans retenue que la prévention du HIV, devrait être considéré comme étant d'intérêt public».

La fondation attend maintenant la décision définitive du TAF sur le fond. Elle a aussi déposé une plainte auprès de l'autorité de surveillance du Département fédéral de l'intérieur. (cht/ats/nxp)

Créé: 09.10.2014, 13h32

Articles en relation

La justice saisie pour la campagne de LOVE LIFE

Sida Quelque 35 parents et enfants ont saisi le Tribunal administratif fédéral dans l'affaire de la campagne de prévention contre le sida aux contenus trop osés pour eux. Plus...

29 volontaires prêts à participer à LOVE LIFE

Santé Un jour après son lancement, la nouvelle campagne de l'Office fédéral de la santé publique contre le VIH et autres maladies sexuellement transmissibles fait déjà beaucoup parler d'elle. Plus...

Campagne basée sur les regrets sexuels des Suisses

Sida L'an dernier, 575 diagnostics de contamination par le virus du sida ont été annoncés en Suisse, soit un recul de 8% par rapport à 2012. L'Office fédéral de la santé publique lance une nouvelle campagne de prévention. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.